Avertir le modérateur

12/10/2009

Finkielkraut-Polanski: l’excuse du passé douloureux

finkie2.jpg

Amalgames et obsessions mémorielles

Les amalgames de Finkielkraut sont décidément désastreux pour l’honneur et la mémoire des victimes de la tragédie de la deuxième guerre mondiale, et en particulier, pour les victimes de la Shoah. Soulever une exception d’irresponsabilité de ses propres actes en raison cette tragédie ou même de sa propre expérience fut-elle celle du Ghetto de Cracovie, c’est prendre un risque à voir déconsidérer la mémoire qu’on prétend défendre. Décidément Finkielkraut est le moins convaincant des avocats de Polanski.

Notez qu’il a clairement fait savoir qu’il ne fallait pas mélanger les deux affaires Polanski et Mitterrand que d’aucuns, à l’image de Demorand, rapprochent. Ô crime! Mitterrand n’a pas droit aux analyses farfelues d’Alain Finkielkraut. Le neveu de son Oncle a certes du génie mais il lui manque l’expérience du pogrom, les haillons du Ghetto de Cracovie. Finkielkraut s’indigne et s’emporte: «alors on peut décider qu’il y a deux grandes sorte de crimes imprescriptibles, le crime contre l’humanité et le crime de Polanski, après ce qui lui est arrivé, c’est une magnifique conclusion à son existence». Un peu de décence ne nuit pas, monsieur le sophiste des étroites lucarnes …

Passe par là, Thierry, un auditeur que le simple bon sens conduit, et qui rappelle Alain Finkielkraut à ses propres amalgames en récusant l’excuse du passé douloureux que le sophiste excipe pour voir dérober Polanski à la justice américaine. L’auditeur rajoute un élément que Finkielkraut a du mal à intégrer dans son logiciel: qu’il ne s’agissait pas, au moment des faits, d’une «jeune fille» mais d’une mineure. On a peine à devoir rappeler à cet esprit que de sombres obsessions égarent, qu’il est tout à fait pensable qu’une mineure ait une activité sexuelle avec des personnes de son âge et que cela ne conduit à devoir admettre qu’elle se fasse violer par un adulte. Soit les mots ont un sens, soit l’exception du Ghetto de Cracovie subordonne en effet le langage et c’est bien cet amalgame indécent, dans le propos de Finkielkraut qui révolte.

«Donc je vais te prendre par derrière.»

Heureusement qu’Yves Michaud modère la donne sur un ton plus mesuré que l’excité: «Moi j’ai un point de vue radicalement différent de Finkielkraut là-dessus, parce que le diable est toujours dans les détails. Si vous regardez justement les minutes du début de d’instruction elles ont été publiées dans le Los Angeles Times, il y a eu caractéristiquement abus sur une mineure contre sa volonté avec utilisation de drogue enfin relaxant et champagne. Pour donner un détail très cru euh, il lui demande si elle prends la pilule, «Donc je vais te prendre par derrière.»

Vient l’argument de ce que penserait la victime elle-même, laquelle s’empresse-t-on de rapporter qu’elle ne souhaite qu’une chose, c’est qu’on lui fiche la paix. «Pourquoi vous n’allez pas entendre ce qu’en dit la plaignante mais enfin!». Soyons clairs. Qu’une fille qui a été abusée veuille passer à autre chose et que la publicité faite autour de cette affaire la traumatise, cela peut se comprendre. «La jeune fille elle le sait» comme pour dire «le veut» lance péremptoirement Finkielkraut que Demorand soutient: «il a raison!» dit l’animateur. «Il y a quand même un remarque à laquelle je vous ai demandé de répondre Yves Michaud, poursuit-il, Tout le monde parle au nom d’une victime…»

180px-Bernard_Guetta_IMG_0329.jpgPitoyable… Qu’est-ce que le droit commun? Ce qui est choquant c’est au fond la manière avec laquelle les élites s’exemptent de la justice. Yves Michaud a dû faire la leçon aux ineptes qui confondent action civile et action publique. Dans la plupart des systèmes judiciaires, une instance agit dans l’intérêt de la loi, chez nous comme aux État-Unis, le Procureur exerce cet office. Alors la partie civile, en l’occurrence cette femme, peut très bien avoir retiré sa plainte pour avoir reçu beaucoup d’argent comme l’a relevé Daniel Cohn Bendit récemment. Il demeure, l’action publique se poursuit et ne dépend en aucun cas de la transaction entre le prévenu ou le coupable et la victime. L’ordre public ne peut se contenter de réparer l’atteinte portée aux droits patrimoniaux mais tient à rétablir également la légalité.

Or c’est sur ce point qu’intervient inopinément Bernard Guetta (photo ci-contre) selon lequel le point de vue exprimé par la victime aujourd’hui doit être pris en considération. Question: les mêmes Bernard Guetta et Alain Finkielkraut auraient-ils pensé que le point de vue de Youssouf Fofana puisse être pris en considération si par extraordinaire la famille d’Ilan Halimi avait retiré sa plainte? Le délire c’est cela. L’appréciation aventureuse des faits et des vérités en raison des circonstances et des personnes qu’ils impliquent.

Intervient Charles magistrat à la retraite qui se dit choqué qu’on présente la victime de 13 ans comme une partenaire, et se montre étonné par ceux qui invoquent son «consentement». Mais par nature, Finkielkraut est plus expert  en droit qu’un magistrat. Il se range à ce qu’il sait faire de mieux, l’anathème. Il s'attaque au magistrat, à la France furieuse, à la France féroce pour disqualifier le magistrat à la retraite en commettant une dernière bourde. Il prétend que la France se ressaisirait après avoir accordé la nationalité à Polanski. Parce que dans la tête de cet homme, le cinéaste est forcément victime puisque réfugié du Ghetto. Or d’après Yves Michaud, le cinéaste est né français en 1932. Encore une preuve qu’à part les conneries, il n’y rien à en tirer de cet enragé mû par le délire.

Cet homme est dérangé

Mais il faut écouter Yves Michaud deux fois. La première en écoutant le philosophe la seconde en prêtant une attention particulière au spectacle qu’offre Finkielkraut offre tout au long du propos de son confrère philosophe. Le film mérite en effet d’être revu après s’être frottés les oreilles, pour se frotter les yeux.

Finkielkraut tremble de rage. La fureur c'est lui. L'amalgame c'est encore lui. L'assassin du sens c'est toujours lui. Il ne sait pas lui-même ce qu'il défend sauf l’indignation par principe, parce que Cracovie! Entre tics pour ne pas dire tocs tels que prendre son stylo et griffonner une note hargneuse, lever les bras au ciel, ou se prendre la tête entre les deux mains, se pincer le nez à se l'arracher, s'offusquer à tenir ses poumons en apnée tout en gigotant sur son siège telle une volaille d’abattoir, ôter ses lunettes pour écrire comme si elles ne lui servaient à rien, la fureur, c’est Finkielkraut qui la chorégraphiele mieux à travers ses excès et ses emportements.

Le sophiste l’emploie pour disqualifier la France qui lui fait peur, mais la furia est d’abord et avant tout la sienne, celle de ses démons mémoriels qui l’obsèdent et qu’il tente d’imposer comme grille de lecture catégorique à toute expérience d’après guerre. C’est son choix. Le monde n’est pas rivé à ses obsessions. Fixité névrotique du sophiste, fixité problématique qui conduit Finkielkraut à bannir tout raisonnement qui s’écarterait du judéocide. A ses côtés Yves Michaud a failli passer pour Goebbels.

Mais le problème de ces débats on l’a vu c’est la piètre qualité des journalistes. Demorand a cru devoir finir en ces termes: «Débat étonnant de deux monologues et d'une impossibilité de se retrouver». Comme si le délire de Finkielkraut et de Guetta était comparable aux propos de Michaud sur le plateau mais aussi de Thierry et de Charles. Le délire c’est aussi Demorand qui lors de ce débat où il s’est employé à ménager le choux et le choux, pour finir par tourner chèvre au point de perdre le sens de l’orientation. LFDM

Pédophilie : Extrait du Trésor de la Langue française
Pédophile, subst. Personne éprouvant une attirance sexuelle pour les enfants (d'apr. CARR.-DESS. Psych. 1976). Le ou la pédophile n'est en principe troublé(e) que par des sujets non encore pubères. Ainsi, quelques femmes prennent feu pour des petits garçons (BERTR.-LAPIE 1970).
Pédophilie, subst. fém. Attirance sexuelle pour les enfants. Une sexualité se montre qui laisse voir la pédophilie. C'est triste? (Action, mars 1975, p.12, col. 3). Pédophilie hétérosexuelle, pédophilie homosexuelle (POROT 1975).

Commentaires

Les mots me manquant pour dire mon incompréhension ( euphémisme )face au délire de Finkelkraut , je me suis permis de poster sur notre blog un lien renvoyant vers votre texte qui traduit assez bien ce que j'ai pu ressentir à la vision de cette vidéo. j'espère que vous n'y verrez pas d'objection . Si tel était le cas , faites-moi le savoir .

Écrit par : daniel | 16/10/2009

Quoi que vous pensiez des idées et des prises de position de Finkielkraut, il est inadmissible d'établir un lien avec "l’honneur et la mémoire des victimes [...] de la Shoah".

Écrit par : Marcoroz | 16/10/2009

Cher lecteur, soit vous vous méprenez, soit vous feignez de vous aveugler de l'origine de l'amalgame ("le lien" selon votre terme) imputable à Finkielkraut en personne. C'est lui qui, pour rendre compte des comportements délictueux voire criminels du cinéaste, le viol étant un crime dans la hiérarchie pénale des infractions, a opposé l'excuse de Cracovie comme exclusive de toute imputabilité et a fait rentrer le Ghetto dans la querelle et nul autre. C'est sa tentative d'établir une irresponsabilité exclusive à partir de la mémoire du judéocide qui est en soi abjecte et que vous seriez bien inspiré de trouver inadmissible. Qu'il ne vous plaise que nous dénoncions Finkielkraut pris en flagrance sur le terrain habituel de l'objurgation peut se comprendre. Vous ne pouvez cependant faire semblant de ne nous avoir pas bien lus, ayant fait l'effort d'être précis. Le lien avec Cracovie c'est lui et cela seul est détestable. A bientôt! LFDM.

Écrit par : Saka-saka | 16/10/2009

Je ne fais pas semblant de ne pas vous avoir bien lus.

Si c'était un non-juif, par exemple un Africain, un Arabe ou un Asiatique qui avait fait le lien avec Cracovie, auriez-vous écrit que ce genre d'amalgame est "décidément désastreux pour l’honneur et la mémoire des victimes de la tragédie de la deuxième guerre mondiale, et en particulier, pour les victimes de la Shoah" ?

Écrit par : Marcoroz | 04/11/2009

Car c'est Finkielkraut qui a fait "le lien avec Cracovie", je vous l'accorde. Mais c'est VOUS qui avez fait le lien avec "l'honneur et la mémoire des victimes..."

Écrit par : Marcoroz | 04/11/2009

Cher Monsieur ou chère madame ou mademoiselle d'ailleurs, pourquoi en effet cette obstination serait-elle masculine?
Nous vous savons gré de nous avoir concédé que c'est Monsieur Finkielkraut qui ose le lien avec Cracovie et nous, d'y avoir vu l'honneur et la mémoire des victimes. Nous persistons en effet. Le Ghetto présageant le camp puis le judéocide, outre l'histoire, qu'y aurait-il de plus important que la mémoire des victimes? La respecter consiste aussi à ne pas en faire une épicerie, en l'impliquant à toutes les sauces à toutes occasions.
Quant à exciper du Ghetto pour disculper du viol de mineure, ce n'est pas seulement abject, c'est criminel. Et si d'aventure un noir, un arabe ou un chinois s'égarait dans de telle méandres, notre opprobre serait identique. Seul les racistes pensent que la bêtise et la haine ont la "race" supposée pour frontière, et de ce fait, sont propres aux autres. En vous remerciant. LFDM.

Écrit par : Sakarkozy | 04/11/2009

Monsieur, Madame ou Mademoiselle LFDM (pour moi, Monsieur suffira amplement, merci, car obstiné ou pas, je suis masculin), Finkielkraut a visiblement fait "ce lien" dans la partie de l'émission qui précède l'extrait que vous publiez. Mais dans cet extrait, Finkielkraut apporte des arguments dont vous pouvez penser ce que vous voulez, mais qui n'ont rien à voir avec la Shoah. Il parle de l'attitude de la victime de Polanski, de la définition de la pédophilie, de l'acharnement d'un juge, etc. Or, dans votre article ci-dessus, vous ne mentionnez, tout au long des trois premiers paragraphes, que "Cracovie", "ses démons mémoriels", en un mot, la Shoah. C'est bien étrange. Et vous y revenez par la suite, et vous en faites le titre de votre article. Vous parlez de l'honneur des victimes de la Shoah, comme si cet honneur dépendait de ce que peut dire M. Finkielkraut. Par rapport à l'extrait de vidéo que vous publiez, vous êtes donc hors sujet.

Si j'écrivais que les amalgames de Dieudonné sont "décidément désastreux pour l’honneur et la mémoire des victimes de la tragédie" de l'esclavage des Noirs, vous seriez d'accord ?

Écrit par : Marcoroz | 04/11/2009

Et si j'écrivais: "Comment les Noirs qui ont tant souffert peuvent-ils imiter leurs bourreaux esclavagistes ?"

Cela ne vous choquerait pas ?

Écrit par : Marcoroz | 04/11/2009

Monsieur donc,
Et voilà Dieudonné. Il ne manquait que lui. En l'évoquant ici, vous trahissez ce qui semble vous préoccuper. Ce sujet n'est pas le nôtre et nous n'avons pas à nous définir par rapport à cela. Il n'y a pas lieu d'évoquer davantage l'esclavage des nègres pour absoudre Finkielkraut de son abjection consistant à exciper du Ghetto pour justifier du viol d'une mineure. C'est odieux. Si ça ne vous écœure pas, eh bien soyez assuré que ça nous fait gerber et rien ne nous empêchera de le dire. Pour le reste, vos digressions vous appartiennent. A bon entendeur. LFDM.

Écrit par : Saka-saka | 04/11/2009

Ce sujet n'est pas le vôtre, mais Polanski et Finkielkraut sont pour vous des ennemis tout trouvés, tout comme Israël si j'en juge par le traitement que vous réservez à ce pays sur votre site, et aux Juifs par la même occasion, que vous respectez quand ils sont morts pour mieux les accabler quand ils sont vivants. Quand je vois ce que vous écrivez ailleurs sur Israël et sur les Juifs qui, selon vous, "imitent leurs bourreaux nazis", je comprends mieux pourquoi vous vous en prenez à Finkielkraut. Bien sûr, vous déchaîner sur cette histoire d'une mineure abusée il y a plus de trente ans, c'est tellement plus commode que de dénoncer des milliers de cas actuels et quotidiens autrement plus dramatiques dans divers pays d'Afrique: mineures escisées, infibulées, mariées de force, etc. Mais vous avez un coupable tout trouvé, Israël. C'est bien pratique.

Pourquoi venez-vous vous mêler de cette histoire de Polanski et de ce que peut en dire Finkielkraut? Ce sujet n'est pas le vôtre.

Écrit par : Marcoroz | 05/11/2009

Vous ne répondez pas à mes questions.

Vous avez écrit, sur une autre page de votre site, cette ignominie: "Comment les Juifs qui ont tant souffert peuvent-ils imiter leurs bourreaux hitlériens ?" Raison pourquoi je vous demande comment vous réagiriez si j'écrivais ceci: "Comment les Noirs qui ont tant souffert peuvent-ils imiter leurs bourreaux esclavagistes ?"

Écrit par : Marcoroz | 05/11/2009

Polanski ayant baisé une mineure de 13 ans et l’obsessionnel Finikielkraut ayant trouvé dans cette jouissance de l’enfance une esthétique élitaire, vous avez cru devoir parler de Dieudonné, puis ce dérapage ne vous ayant pas suffit, de l’esclavage puis d’Israël. Vous dessinez par vous-même la géographie de vos hantises.
Enfin, quelle prérogative essentielle vous conduit à supposer que nanti de morale vous en seriez procureur et par suite, que nous aurions à vous répondre? Continuez de soutenir les pédophiles, nous continuerons de vomir sur les racistes. Vous avez suffisamment fait étalage de la névrose qui est la vôtre et il ne tient qu’à vous d’en guérir. A la différence des gens qui pense comme vous, nous ne vous censurons pas. Accordez-nous cependant de ne pas donner plus d’épaisseur à tant de ridicule. LFDM.

Écrit par : Saka-saka | 05/11/2009

Vous êtes un cas pathologique de projection freudienne.

Écrit par : Marcoroz | 05/11/2009

Je passe juste pour relayer un commentaire déposé sur notre blog suite au billet dans lequel je vous avais cité .Je pense qu'il mérite d'être lu . ( nb : @Marcoroz : merci de ne pas vous adresser à moi . je ne vous répondrai pas . vous me afites peur ...je préfère parler de musique , c'est mieux ...):
"Je regrette d´intervenir un peu tard dans ce débat sur Finkielkraut. Il y aurait bien des choses à dire non pas tant sur les positions de Finkielkraut (je ne suis par exemple pas du tout opposé à l´idée qu´il se fait de l´école, idée qui transparaît clairement à qui écoute un peu assidûment son émission sur France-Culture) mais sur le ton qui est presque systématiquement le sien. J´entends par là cette manie de tout aborder sur le mode de la conscience scandalisée qui finit par le rendre détestable aux yeux mêmes de ceux qui dans le fond pensent comme lui. Certes Finkielkraut est peut-être souvent caricaturé mais combien de fois ne caricature-t-il pas lui-même les cibles qui suscitent en lui de l´indignation (les élèves de banlieue par exemple) ? Car c´est bien là à mon avis qu´est le problème de Finkielkraut : la peur sous toutes ses formes (du jeune de banlieue qui siffle la Marseillaise, de l´Arabe des quartiers qui vient dealer du shit dans le Marais, du retour de la barbarie en germe dans la moindre mouvement social, etc.) est chez lui le ressort de la pensée. Or je ne suis pas sûr que l´on puisse penser clairement et distinctement sous cette condition. Le rôle d´un intellectuel conséquent ne se réduit pas à jouer la conscience indignée ni à se rapporter au présent à travers le prisme de ses petites angoisses personnelles. Je me suis en ce sens souvent demandé ce qu´un Foucault par exemple, qui avait pris pour un temps le jeune Finkielkraut sous son aile, penserait du Finkielkraut d´aujourd´hui... "

Écrit par : daniel | 05/11/2009

Erratum : "faites" ( je tremblais en tapant mon texte ...).

Écrit par : daniel | 05/11/2009

En fait, il s'appelle Finkelcrotte.

Écrit par : ZiZi Jenmère | 28/11/2009

Vous ne répondez pas à mes questions.

Vous avez écrit, sur une autre page de votre site, cette ignominie: "Comment les Juifs qui ont tant souffert peuvent-ils imiter leurs bourreaux hitlériens ?" Raison pourquoi je vous demande comment vous réagiriez si j'écrivais ceci: "Comment les Noirs qui ont tant souffert peuvent-ils imiter leurs bourreaux esclavagistes ?"

Écrit par : Marcoroz | 13/01/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu