Avertir le modérateur

21/10/2009

Croc de boucher de Château-Rungis

croc_de_boucher_Villepin.jpgBleu ou saignant?

Du côté du landerneau politique parisien on est loin de Guermantes. Les formules transpirent la testostérone, le croc en jambes est à la mode, ça sent la sueur des vestiaires. Sanglant. Face au boucher à la mode, Al Capone ferait figure de personnage de Teletoon. Le Louchebem a remplacé le style amphigourique et grésillant des vieux transistors façon IIIè République. Il faut éliminer. Pas de quartier, et le Château fait dans le roboratif.

Larousse, aux Petits Roberts, forcément, nous définit l’épuration comme «l’action d'éliminer d'une administration, d'une entreprise, d'un parti politique les personnes jugées indésirables» Le dictionnaire commun d’en rappeler le sens de «la fin de la Seconde Guerre mondiale, action de répression, soit légale (tribunaux), soit sommaire (exécutions) contre des fonctionnaires, écrivains, artistes, etc...» Purée! C’est donc de cela dont Clearstream est ourdi?

Les nerfs enfoncés dans les capitons rouges lie-de-vin de Château-Rungis, le Petit Timonier actionne hargneusement ses hale-crocs. Il faut à la gibecière de la Marche de l’Empereur accrocher du gros. Question d’aura. Affaire de prestige. Silhouette aérienne, la proie n’en a pas l’air, mais c’est un gros poisson. Du lourd qui aurait de la gueule, une fois pendu au tableau de chasse des ambitions décimétriques, histoire aussi de redorer un quinquennat qui s’encalmine. Le tout avec un zeste de charter du reître Besson vigile de notre clôture, un brin de démagogie avec un retour non à Gandrange mais à la Maire de Gandrange, l’élixir devrait suffire à re-cliver les farcis entre gauche et droite. Gauche-droite ! Gauche-droite ! La Marche de l’Empereur.

Pêche au gros donc. A l’extrémité de la gaffe grossière, le fameux croc de boucher. Notre pays du Doigt de l’Homme en Gaule érectile, se flattait naguère de raffinement. Le monde nous enviait notre style, notre esprit courtois, on faisait dans la charcuterie fine. Désormais il faut être boucher pour péter et roter à la Cour. Que voulez-vous? C’est l’époque qui veut ça… Songez que le Cameroun nous exporte ses cailleras à l’identité nationale. Les tripiers, boyaudiers, et dépeceurs de l’UMP sont de sortie. Même l’amertume de Mister Bean semble être reléguée au devoir du fond de gorge pour l’honneur à talonnettes du Château, Yves Jégo prend part au festin anthropophagique. Votre Villepin bleu? Non, saignant pour moi s'il vous plait. C’est drôle combien de naines ambitions peuvent fasciner tant de personnages.


croc_de_boucher.jpgJustice? Quelle justice?

Dans les filets judiciaires de l’Empereur, Dominique De Villepin n’a peut-être pas hérité du penchant de son mentor pour la tête de veau façon ravigote, mais il n’ignore rien de la dangerosité de ce matériel de manœuvre politicienne qui vise à l’éliminer. Il a intérêt à se méfier. Surtout que les coups de crocs semblent plutôt affoler les enquêtes d’opinion qui révèlent, à force de curée téléguidée semble-t-il, un Villepin préféré à Sarkozy par les françoises et les françois. Que Diantre! C’est l’Ifop qui le dit via Paris Match. Question improbable: «Des deux personnalités suivantes, laquelle préférez-vous?" 47% des personnes interrogées indiquent Dominique de Villepin plutôt que Nicolas Sarkozy (44%).» Source Europe1.

Voilà autre chose. Pour Château-Rungis, voilà qui suffit à suspecter un complot. Le mousquetaire qu’on croyait enterré semble ressusciter par la boucherie Rungis. Alors piquer plus fort encore ou s’abstenir? C’est l’équation politique posée au Château. Nous en resterons là s'agissant d'une empoignade qui ne nous concerne guère. Cela étant, en promenant nos savates de souillons sur le ouaibe, nous sommes tombés sur une violette réflexion. Abordant la «Problématique de l'assassinat politique» Violette Daguerre préfère manifestement le ton des fleurs aux moyens de l’hostilité politique. Morceaux expressément choisis qui pourraient inspirer l’actualité. A très bientôt sur nos feuilles vertes. LFDM.

«Depuis la nuit des temps, le meurtre politique est l'un des moyens de se débarrasser d'un adversaire politique devenu dangereux. […] La problématique qui ressort du débat sur l’assassinat politique c'est que du point de vue de son auteur, l’assassinat politique est légitimé, rendant ainsi relatifs certains actes que nous jugeons par-dessus tout abominables et condamnables. D'aucuns pensent qu'il ne s'agit pas d'"assassinat" lorsqu'on prend pour cible un combattant engagé dans des hostilités armées. […] Ainsi, ce que l’on croit impensable devient tragiquement possible et justifié par les tenants du pouvoir et des rapports de force sur le terrain. […] De toute manière, il s'agit de soumettre l'opposant aux politiques menées par celui qui dispose du pouvoir […] Ainsi, la cible assassinée est nécessairement une personne de premier plan, jouissant d'un poids sur la scène politique. La finalité de son choix est de servir de leçon pour quiconque oserait en prendre un exemple. Ainsi, on donne le signal aux autres qu'il faut qu'ils se réduisent au silence. Car la peur de devenir soi même une cible potentielle au régime au pouvoir, fait que l'on devienne imperméable aux idéaux véhiculés par cette minorité de résistants et que l'on dénonce leurs actes. Culpabiliser et terroriser celui qui oserait se rebeller, briser les soutiens que l'opposant est susceptible de trouver parmi la population semble justifier ces formes d'exactions qu'elles soient judiciaires ou extrajudiciaires. Source Violette Daguerre 23.04.2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu