Avertir le modérateur

29/09/2009

Nestlé 608.000 euros: questions autour d’une condamnation

discrimination-61bac.jpgDes farceurs et des farcis

Rebelote pour notre adage invariable. Dans la vie il n’existe que deux catégories de personnages:

  1. ceux qui se font enfiler
  2. ceux qui sont nés du bon côté de la partouze, ou sinon qui ont des amis nés de ce côté-là, et enfilent les premiers.


Au milieu de l’actualité chaudasse de la Gaule érectile qui a vu se dresser tout ce que Paris compte de personnalités politiques, médiatiques et culturelles pour sauver le Grand Roman, nous revenons à froid décision de la Cour de cassation datant du 13 janvier dernier, rendant définitive la condamnation de Nestlé, et qui n’a été rapportée que maintenant. Pourquoi? Le montant de la condamnation n’est pourtant pas banal: 608.000 euros de dommages et intérêts pour discrimination syndicale. A noter que le récipiendaire est un cégétiste et membre d’Attac. Il n’est pas seul et plutôt bien entouré. Le pourvoi a été défendu devant la Chambre suprême par Me Masse-Dessen. «C'est une victoire et un record de réparations pour discrimination syndicale, mais il a fallu six ans de bataille judiciaire. On espère que ça va encourager d'autres salariés à faire valoir leurs droits, sachant que la discrimination pèse sur la syndicalisation des cadres», dixit Jean-François Bozinger, secrétaire général adjoint de l'Ugict-CGT. Vous aurez remarqué la préoccupation de ce membre de l’escadron de la CGT en la matière: elle est strictement syndicale. Lorsqu’on se reporte à l’arrêt on retrouve le réseau bien implanté de ce syndicat. Notons aussi une autre chose. En France, hormis l’Oréal, lorsqu’une grande entreprise est condamnée sur ce chef de demande, c’est en général une enseigne étrangère. Allez savoir, a-t-on puni l’Oréal pour ses relations commerciales avec le monde arabe? Les pétromonarchies sont un grand marché… A cet égard, Nestlé ne déroge pas à la règle. Parce que, c’est bien connu, les patrons français et les enseignes françaises, par principe, ne discriminent pas, et la Halde est là pour le confirmer…

352537937.jpgOr, en l’état des textes européens transposés en droit interne, l’article L.1132-1 du code du travail dit que c’est à l’employeur de démontrer en cas de litige, que ses décisions de blackbouler ou de bougnoulbouler, Mamadou ou Hossein sont objectives et n’ont aucun lien avec une discrimination. Il suffirait à ces malheureux, et ils sont des millions dans ce cas, d’apporter les éléments de preuves, c’est-à-dire des indices, qui laissent supposer une discrimination. Pourquoi ne le font-ils pas? Pourquoi sont-ils si pauvres? Parce qu’il n’y sont pas disposés, ils préfèrent faire les pleureuses, que les syndicats s’occupent de leur pomme et de leur fric, que les pouvoirs publics ne les y encouragent pas préférant subventionner des machins qui ne servent à rien tels que Sos-racisme ou la Licra, que la Halde incite les victimes à négocier ce type de délit plutôt qu’à poursuivre. Et qu’enfin, les nègres et les bougnoules eux-mêmes participent de cet état de non-droit qui s’applique à eux car pour être esclave ou serf il faut être deux. Eh oui, le racisme négrophobe ou arabo-islamophobe est le seul délit portant atteinte au préambule de la Constitution qui soit non pas seulement autorisé mais encouragé dans la mesure ou sa résolution est ouvertement négociée. A part cela, n’importe qui sur talonnette vous dira en France qu’il faut expédier fissa un gamin en taule pour 5 ans parce qu’il a chipé un téléphone. Bienvenue en Gaule, ce n’est pas un polar, mais tout un Roman…


Du pognon à se faire à condition de ne pas être idiot

Pourtant ce n’est pas si difficile de faire condamner une entreprise pour discrimination. Il suffit de deux choses, être patient et malin et avoir un peu de sous, pas beaucoup d’ailleurs. Même la plus grosse boîte finit toujours par manger la gamelle. A condition cependant de se méfier du syndicaliste du coin ou de l’avocat qui joueront les droit-de-l’hommistes les plus révoltés côté face, et prendront langue avec le taulier pour s’en mettre plein les échelons ou les fouilles côté rondelle. Il ne faudrait surtout pas que les enfoirés de nègres et de bougnoules comprennent qu’ils pourraient aussi facilement s’émanciper de leurs cornaqueurs. Qu’ils ne sachent surtout pas que la discrimination paye et un max devant les tribunaux, mais à croire que c’est à condition qu’elle ne soit pas raciale. Car qui douterait que le racisme en entreprise est bien plus enraciné et bien plus récurrent que la discrimination syndicale? Or à la Feuille de Manioc on est nombreux à penser que deux ou trois bonnes condamnations du type Nestlé à titre d’exemple feraient davantage avancer le Schmilblick que le bavardage de nul effet dont Lozès et sa clique nous rebattent les oreilles et qui ne sert à riens sauf à leur donner un semblant d’épaisseur

Sur la politique d’apartheid  institutionnel du «Nous et les autres» qui règne en France, seuls les gogos qui croient encore aux billevesées serinées par les Sos-racisme, Cran, Licra et tout le toutim, sur injonction des sectes infiltrées au PS et à l’UMP. Seuls ces gogos pensent encore que Le Pen et le Front National sont responsables du racisme en France. Pourtant, hormis Orange, Vitrolles et deux ou trois autres bourgades à l’ombre des bougainvilliers du Midi, c’est un fait qui n’a échappé à personne que ni Jean-Marie le pénible, ni son parti n’ont été au pouvoir en France. La crédulité des noirs mendiants de Paris vis-à-vis de leurs amis maçons, rosicruciens, chrétiens, PS, UMP… donne envie de marcher à quatre pattes. On serait portés à croire que même le plus simplet des maliens encarté à la CGT, et le plus vendu des camerounais candidat à une loge maçonnique serait à même de comprendre que l’apartheid social est le fait de leurs emberlificoteurs, tous humanistes, parfois bons chrétiens, souvent bons voleurs, toujours piètres décadents. Que nenni. Il n’en est rien, les noirs en redemandent:

«Plus mendiant que moi tu meurs». Une compète est ouverte à Paris pour savoir qui fera boutique-son-cul, le moins cher. Ce doit être cela la compétition victimaire que les Finikilekrault, Grenouilleau et Zemmour fustigeaient. Alors à la Feuille De Manioc on encourage les racistes de tous poils à continuer à enfiler ces faibles et ces velléitaires qui n’ont plus aucune estime de soi si ce n’est pour clamer qu’ils se détestent tant qu’ils haïssent le manioc. Discriminez-les, exploitez-les, maltraitez-les, c’est le meilleur service que vous sauriez leur rendre. Peut-être qu’au bout de l’abîme, ces pauvres que vous aurez assommés comprendront qu’à leur tour ils feraient mieux de tenter de gagner leurs droits qui leur rapporteront du flouze que de courber leurs échines putassières pour ne recevoir que vos coups de pied au derche. L’enjeu, 608000 euro… LFDM.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu