Avertir le modérateur

29/06/2009

Election et triche, la morale dans les chaussette

alduy-chausette.jpgOh comme c'est dommage!

Libé-Pravda fait mine de s’émouvoir de la réélection de l’Alduy de Perpignan. D’une manière générale, c’est drôle combien la gauche des bobos francs-maçons retrouve les accents révolutionnaires des francs-tireurs lorsqu’elle est dans l’opposition, la seule place que sa corruption morale mérite. Parvenus au pouvoir, les bobos gauche caviar épousent les espèces du capitalisme triomphant, sous les mots creux de la réforme et de la justice sociale, qui finissent toujours en écriture bâton par se transformer en doigt dans le cul du peuple, ce cocu qui s’aime comme tel. Il n’y a qu’à voir comment le serial fucker du FMI est entré sans transition dans son rôle de banquier mondial, autant dire affameur des pays pauvres, un rôle que même Maddoff ni Stanford n’auraient pas désavoué. Le très Mitterrandien Jospin, ex-trotskiste et toujours félon n’a-t-il pas été l’un des Premiers ministres qui ont le plus privatisé le bien public? Prenez-nous pour des cons! Vous avez raison… Nous en sommes.

Revenons au plébiscite des chaussettes qui puent. L’élection du Maire UMP avait été invalidée par le Conseil d’Etat à cause de chaussettes malodorantes qui auraient, susurre-t-on du côté de Perpignan où le soleil favorise les exhalaisons, abrité des faux bulletins de vote. Comme au Gabon, au Congo, au Cameroun… Tout pareil, démocratique! Et voila ti pas que le Maire qui avait été porté aux nues par l’odeur de la triche, d’autres de sinistre mémoire l’ayant été par le bruit, voila ti pas que rebelote, notre Alduy de Perpignan se fait réélire avec fracas et panache?

Démocratiquement vils et pervers

Comme quoi, indépendamment des billevesées dont on nous serine les esprits du genre, vérité démocratique rime avec vérité tout court, c’est-à-dire, justice, morale, équité, magnanimité, et tout le toutim, comme quoi tout cela est bien de la connerie en barre et au kilo. Gageons que si on avait recueilli l’opinion des allemands avant guerre pour déterminer le sort des juifs, des tsiganes et des handicapés, et même celle des français sur le bien fondé de l’ornementation des vestes et des robes d’une étoile jaune, les suffrages auraient été semblables à l’histoire dramatique qui fut par la suite écrite. Quant aux victimes d’hier, il suffit de regarder aujourd’hui ce qu’elles font de la Palestine par décision démocratique pour comprendre qu’un peuple peut être démocratiquement vil et abject… En philosophie Nietzsche parlait d’instinct grégaire, De Gaulle jeta plus sentencieusement, «les français sont des veaux!». Et nous, à la Feuille de Manioc c’est bien connu, dès qu’on touche aux Argolides, on aime…


Maroilles à Perpignan

Alduy des Chaussettes-qui-puent réélu avec panache et alors? C’est oublier un peu trop vite que nous sommes habitués, en bon peuple latin que nous sommes, à plébisciter les personnages peu recommandables par la justice. On oublie trop vite les Charles Pasqua, Patrick Balkany, Christian Nucci, Jean-Christophe Mitterand… Adoubés après cause publique par le peuple. Donc trèves d’ingénuité. Le peuple est comme cela, il aime le vice et la luxure, il aime bien se faire mettre par des voyous. Et le cimetière politique en témoigne, parsemé de carrières politiques assassinées parce que portées par des hommes probes qui n’ont jamais plu au peuple sinon ça se saurait. Nous n’en serions pas là. Nous aimons les voleurs, les manipulateurs et les bonimenteurs. Nous élisons les faquins, parce que nous nous identifions à leurs vices. Tout ceci pour oublier un peu vite que nous sommes un peuple qui adore le maroilles qui pue comme trois cents autres fromages, alors on peut bien supporter le côté fétide de quelques chaussettes, le temps d’un scrutin…

A ce sujet, c’est aussi l’occasion de faire amende honorable et de remercier un manioqueur pour sa vigilance  «"le maroual qui fouette", s'il s'agit du célèbre fromage qui pue, son nom s'écrit maroilles. :)». Nous avions écrit Maroual qui pue à tort, écorchant l’orthographe du maroilles qui, la France entière le sait depuis le triomphe de Bienvenue chez les Chtis de Danny Boon, se déguste sur tartine dans la baraque à frite, avec un café. LFDM.

Capté sur Libé

«Jean-Paul Alduy, maire (UMP) sortant de Perpignan (Pyrénées-Orientales) et invalidé par le Conseil d’Etat pour la fraude «à la chaussette», a facilement remporté, hier, l’élection municipale partielle à l’issue du second tour. Selon les résultats définitifs, Jean-Paul Alduy a recueilli 53,54 % des suffrages exprimés, contre 33,08 % à Jacqueline Amiel-Donat (PS, PCF, MRC, PRG) et 13,38 % à Jean Codognès (divers gauche, Modem, Verts). Jean-Paul Alduy, 67 ans, est maire de Perpignan depuis 1993. En mars 2008, à la tête d’une liste d’union de la gauche et du Modem, Amiel-Donat avait échoué de peu face à Alduy, lors d’une triangulaire avec le FN. Le Conseil d’Etat avait confirmé le 23 avril l’annulation pour fraudes de la municipale de mars 2008. Lors du dépouillement du second tour, le président d’un bureau, frère d’un colistier d’Alduy, avait été trouvé en possession de bulletins et d’enveloppes dissimulés dans ses poches et ses chaussettes.» Libération.fr

Balkany et la justice, repris sur Wikipedia

«En mai 1996, Patrick Balkany a été condamné (décision confirmée en appel le 30 janvier 1997) par la 9e chambre du tribunal correctionnel de Nanterre, à quinze mois de prison avec sursis, 200 000 francs d'amende et deux ans d'inéligibilité. Il avait rémunéré aux frais du contribuable levalloisien entre 1985 et 1995 trois personnes désignées comme des employés municipaux mais qui ne s'occupaient que de son appartement de Levallois-Perret et de sa résidence secondaire près de Giverny. En 1997, l'une de ses subordonnées l'accuse publiquement de l'avoir forcée à pratiquer une fellation sous la contrainte d'un revolver, puis retire sa plainte. Aucune suite judiciaire ne sera donnée à cette accusation non étayée. Il s'exile alors volontairement à Saint-Martin pour, selon ses propos « chercher la paix et se faire oublier ». Il reprend et dirige RCI2, la principale radio de l'île qui émet de la capitale Marigot à destination principalement des métropolitains de l'île. Le 28 juillet 1999, la Chambre régionale des comptes d'Ile-de-France condamne Patrick Balkany à rembourser à la ville de Levallois-Perret le montant des salaires des employés municipaux liés à sa condamnation : 523 897,96 euros. Son épouse Isabelle (avec qui il est alors en instance de divorce) -qui est vice-présidente du conseil général des Hauts-de-Seine et conseillère municipale à Levallois-Perret- a été condamnée à la même peine d'emprisonnement pour « prise illégale d'intérêts». Wikipedia

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu