Avertir le modérateur

23/05/2009

Fin de règne à Libreville, ça sent le sapin!

Epidémie de dictaturite

Nous vous proposons un point parsemé de documents video sur le Gabon où se joue en ce moment même une  part du sort de la françafrique et pas n'importe laquelle. Ali Ben, serait lui aussi mal en point. Non il ne s’agit pas de Laden, ni d’une machine à laver, mais du rejeton de Bongo dont tous les gabonais, mauvais esprits et mauvaises langues comme on le sait, chuchotent qu’il n’est pas le chiard du Grand Maïtre de la loge maçonnique équatoriale dont le règne sans partage depuis 42 ans se termine de frasques en misères, mais qu'il serait un enfant adopté comme l'instille en sous main son "ami" Mba Obame, et comme tel, taxé de «biafrais», ainsi que d’autres diraient métèque.

En effet, contrairement aux rumeurs ivoiriennes qui veulent que Konan le Dauphin (Bédié) fut le fils naturel d’un autre alligator françafricain, l’idiot Houphouet, puissent les asticots s’en être régalés, et l’enfer qu’il redoutait l’avoir consumé, contrairement au schéma ivoirien donc, Omar Bongo aurait prédisposé un dauphin allogène pour lui succéder au trône de Libreville après sa mort. C’est du moins ce que les observateurs s’accordent à penser de celui auquel Bongo a confié les rennes du Ministère de la Défense. Né en 1959, le soi disant biafrais est Ministre de la Défense mais il tient aussi le poste stratégique de 1er Vice Président du parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir. Une position de choix à la tête du courant des «rénovateurs», un clan taxé de «réactionnaire» par leurs opposants pour bricoler la succession de son vieux schnock franc-maçon de père en voie de décomposition.

Mais voilà ti pa que le faux jeton, oups pardon, le faux rejeton serait à son tour et depuis peu à l’hôpital américain de Neuilly pour, chuchotte-t-on, subir «un bilan de santé», version édulcorée et langue de pute qui signifie en Afrique plus qu’ailleurs, que le gars n’est pas bien, mais alors pas bien du tout. L’hospitalisation du prétendant au trône coïncide avec celle de son père pour qui ça sent le sapin à la clinique Quiron de Barcelone et ce, peu de temps après le départ pour les cieux de son épouse Edith Lucie. C’est l’hécatombe chez nos amis Bétékés.


Une neutralisation médicale ?

Un des veilleurs de nuit de la Feuille de Manioc en poste à Neuilly a donc tenté de se rendre aujourd’hui à l’hôpital américain au sein duquel il n’a pu accéder. Joints par téléphone, les proches du Dauphin ont fait dire que « ce Monsieur ne prend aucun coup de fil extérieur » ce qui est le signe qu’il est vivant, mais aussi qu’il s’y trouve! Du côté officiel, la Pravda locale n’a encore livré aucune information sur le départ précipité d’Ali Ben machin en pleine crise de succession et de régime.

Selon un grincheux local que d’aucuns s’empresseront de taxer d’extrémiste, Alfred MBA ASSEKO de l’UPG, «depuis plusieurs jours, de nombreuses spéculations faisaient état d’une volonté de certains membres du parti au pouvoir de tenter un passage en force pour accéder à la présidence, en réaction, le leader du principal parti d’opposition au régime, Pierre Mamboundou a appelé hier, dans une interview accordée à la télévision nationale, les uns et les autres au calme rappelant aux membres du parti au pouvoir qui s’agitent que la constitution gabonaise définit clairement en son article 13 le régime de succession en République gabonaise.» Source.

Puisqu’on vous dit que ça sent le sapin! Et si c’était un truc à lui filer une méchante gastro-entérite que les services bizzares lui avaient administré afin qu’il aille se soigner ailleurs et que la transition s’effectue dans son dos au pays? Hein? Et si ce n'était que seulement cela? Une manœuvre de ce genre n’est pas à exclure dans le marigot africain où tous les coups tordus sont permis. Bongo a assis son règne sur la complicité active de Paris. La pseudo rupture de l’Empereur qui n’est qu’en fait une transfusion, on change de correspondants maffieux mais on continue à piller, serait lourdement discréditée si le rejeton de Bongo prenait la place de Libreville en dispersant ses Jeep et ses militaires partout dans le pays. Hospitalisé à Paris il est loin de l’état major et tout est alors possible, on peut pousser la candidature d’un homme pas tout à fait du premier du sérail, mais un bon enculé qui en remettra pour 15 ans encore… D'ici là Paris a le temps de voir venir. Simple comme bonjour l'Afrique depuis Foccart...

Fin de règne effective et chaos à craindre

Cependant, les uns et les autres fourbissent leurs armes. Sous le titre «l’argent ou le plomb»,  groupe qui dit réunir les Acteurs libres de la société civile gabonaise s’est fendu d’un communiqué de presse en dénonçant la tentative d’un coup de force constitutionnel.

«Il nous est revenu que celui et ceux qui ont tué, il y a 19 ans, Joseph Rendjambè, l’illustre martyr de la Démocratie Gabonaise, sont en train de tenter de corrompre les Députés et les Sénateurs Gabonais pour mettre en oeuvre un coup d’Etat constitutionnel qui les mènera au pouvoir alors même que le Président de la République se trouve dans un état de santé réoccupant. Ces mêmes personnes aux mains sales voudraient utiliser l’armée de la République Gabonaise pour mater dans le sang toute contestation des populations.»

«En raison de son état de santé, le Président Omar Bongo Ondimba ne dirige plus le pays depuis plusieurs semaines. Il y a objectivement vacance du Pouvoir, même temporaire. Nous demandons donc au Gouvernement ou aux bureaux des deux chambres du Parlement, conformément à l’article 13 de notre Constitution, de saisir de toute urgence la Cour Constitutionnelle pour qu’elle constate la vacance de fait de la Présidence de la République, ce qui aurait déjà du être fait depuis longtemps. Une fois la vacance constatée, le Président du Sénat exercera provisoirement les fonctions du Président et organisera des élections présidentielles dans les 30 à 45 jours après l’ouverture de la vacance.»

«Nous soupçonnons très fortement le Gouvernement gabonais et en particulier Monsieur Ali Ben Bongo Ondimba, de faire obstacle à ce constat de vacance du Pouvoir en raison de l’article 116 de notre Constitution qui proclame que : « la révision de la Constitution ne peut être entamée ou achevée en cas d’intérim de la Présidence de la République».

Rebolote, voici les acteurs libres de la socité civile dans la brêche.

Hier 22 mai 2009, Bruno Ben (lui aussi décidément c’est une manie) Moubamba sentant la fin prochaine appuyait les intentions des Acteurs libres machin chouette…

«Monsieur Ali Ben Bongo Ondimba, pourrait profiter de la débâcle actuelle et de l’absence de son père, le Président de la République, pour modifier la Constitution et retirer au Peuple Gabonais l’élection de leur Président par un suffrage universel direct. Monsieur Ali Ben Bongo Ondimba, détesté par le Peuple Gabonais, sait parfaitement qu’il n’a aucune chance de prendre le pouvoir par un suffrage direct, c’est à dire par la voie du Peuple, et ne peut accéder au pouvoir que par deux moyens : un suffrage indirect, c’est à dire une élection par des députés et sénateurs menacés de mort et grassement payés qui lui donneraient leurs votes à contre coeur, ou par un coup d’Etat militaire. L’argent ou le Plomb, voilà à quoi en est réduit le Gabon. La communauté internationale, et en premier lieu la France, ne peuvent pas plus que nous le tolérer. J’appelle toutes les forces politiques, morales et sociales, à faire barrage à ceux qui veulent bloquer le pays par la force pour trente années de plus. […] Il n’y a plus d’opposition, il n’y a plus de parti présidentiel, il n’y a plus que le Gabon! Il n’y a plus de Sénateurs et de Députés menacés de mort, il n’y a plus que des hommes qui ont une conscience! J’annoncerai dans les prochains jours des initiatives allant dans le sens du Respect de la Constitution et de la Transparence au Gabon. Je vous promets à tous une Victoire sans précédent!» Bruno Ben Moubamba, Porte-Parole des Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise en Europe».

Pas sûr que la démocratie plaise à Paris comme scénario. Voir ce sujet de France 24 avec Antoine Glaser, très avisé des affaires françafricaines. A suivre très prochainement… LDFM

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu