Avertir le modérateur

19/05/2009

Il « slamme » l'Éducation nationale

A l'adresse des grands malades qui se névrosent à réformer l'école

Vu sur le ouaibe, et lu sur Pravda de province, Ouest France, mercredi 13 mai 2009. Grand Corps Malade slamme la politicaillerie réactionnaire mue par la haine de la société parce qu'il s'y trouvent des pauvres. L'éducation a toujours un motif de ségrégation. Souvenez-vous, à ses origines, le pouvoir raciste, esclavagiste était aussi et d'abord sexiste. L'école était interdite aux femmes. Aujourd'hui, après avoir dû l'ouvrir pour produire du corps utile à l'industre bourgeoise il a fallu élever le niveau d'apartheid. Ce furent les Grandes Ecoles. Voici épuisées les fabriques à ignares congénitaux que forment ces basse-cours, il semble urgent de s'en prendre à l'école tout court. C'est plus simple... Vdéo à voir et article de Ouest France qui ne manque pas d'intérêt. LFDM

Grand Corps Malade scande ses inquiétudes sur « l'écoleà deux vitesses, les réformes à deux balles, les profs sous-payés »...

En dernière page de Libération, hier, une pub intitulée «Éducation nationale». Un communiqué du ministère ? Non, un inédit poétique «slammé» (scandé) par Grand Corps Malade. Nous l'avons joint par téléphone, en tournée.

«J'ai écrit ce texte en novembre. Je le teste sur scène depuis janvier. Il y a eu de bons retours du public. Malheureusement, il reste d'actualité. Alors, on a décidé de le sortir sur le Net (1).

«Le déclic, je l'ai eu en animant un atelier d'écriture dans une classe d'Épinay, en banlieue parisienne. 25 gamins, une instit pleine de bonne volonté et peu de moyens. Elle essayait même de gagner par tirage au sort, sur Internet, des places pour emmener ses élèves à la Cité de la Villette. En être rendu là... »

«Estime pour l'école»

«J'ai voulu dénoncer l'école à deux ou trois vitesses, les classes surchargées, les profs sous-payés. Il n'y a pas d'Éducation nationale, y'a que des moyens de survie locaux. OK, ça fait revendications de manif, mais ça n'est pas un tract. Je critique le système, mais j'ai beaucoup d'estime pour l'école, les enseignants. Et le principe républicain d'égalité, c'est un p... de beau concept ! Qu'au moins, en primaire, on parte tous du même pied.

« Moi, je garde de bons souvenirs de ces années-là. Pour l'ambiance, pour mes potes. Et quand j'accorde un participe passé, quand je résous une équation, je sais d'où cela me vient. J'ai moins appris en histoire, regret. La poésie ? Trop de par coeur et pas assez d'écriture perso pour jouer avec les mots.

« J'ai passé un bac littéraire. Je voulais devenir prof de gym. Mais il y a eu l'accident. (En 1997, moniteur de colo à Saint-Jean-de-Monts, il se blesse grièvement en plongeant. Il se réveille paralysé, à l'hôpital de Nantes). Il a fallu bifurquer. J'ai décroché un DESS en management international du sport. Après, il y a eu le slam... » Source.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu