Avertir le modérateur

25/04/2009

Fin de la controversée conférence de l’ONU sur le racisme

2824732.jpg

«Un festival de haine? Désolée, mais c’est de l’hyperbole» Navi Pillay.

Et vous êtes clémente avec les falsificateurs, Dame Pillay que la mansuétude perdra. Il faudra le dire aux media français. Ce n’est pas de l’hyperbole, c’est un mensonge éhonté auquel nous avons assisté, une abomination en ce qu’elle est concertée, pitoyable en ce qu’elle peine à dissimuler le racisme, et plus particulièrement la haine de l’arabo-musulman qui sourd en elle, et n’ayant pas le courage de s’assumer ce qui lui permettrait de compenser, en ce qu’elle est obligée de biaiser par accusations en miroir. Les racistes, les haineux ce sont eux… Couillons va! Même pas capables de publier la version française d’une allocution de 30 minutes qui permettrait de confondre le nouveau Fürher persan. Des fois que le benêt parisien décille… Sait-on jamais, à force de se faire enfiler ça va peut-être finir par entrer…

Revoilà donc Durban II, capté sur la Tribune de Genève, et l’analyse tout en finesse de Navi Pillay, la maîtresse d’ouvrage de la Conf de l’Onnulle sur les bisounours, «aimons-nous les uns les autres…» et autres choses de ce genre. «La réunion a été la cible d’une "campagne très bien organisée et généralisée de désinformation", a déploré la commissaire de l’ONU pour les droits de l’Homme» rapporte La Tribune. «Nous avons eu des moments difficiles pendant le processus, mais un festival de haine? Désolée, mais c’est de l’hyperbole», a déclaré vendredi Navi Pillay, qui a regretté "la campagne de désinformation" menée par certains pays avant l’ouverture des débats. […] A cause de cette campagne, déterminée à tuer cette conférence, certains pays ont décidé de la boycotter, alors même qu’ils avaient donné quelques jours plus tôt leur accord sur ce qui est aujourd’hui la déclaration finale", a-t-elle expliqué. Mais Durban II aura été au final "un succès, avec plein de bonne volonté", a-t-elle ajouté.»

En vérité Durban II a été la cible des manipulateurs et des menteurs, dont une bonne partie se trouve dans la classe politique et les media français qui feraient tous rougir de honte la gale elle-même. Il fallait imposer une figure ; nous sommes le bien, et l’iranien le mal absolu. Nous qui, hier encore, avec les mêmes postures vertueuses, les mêmes jugements définitifs à la Jean-Michel Aphatie, sur la démocratie, les droits de l’homme, nous qui vendions des centrales nucléaires au régime de l’apartheid, soutenions les programmes d’extermination des noirs sud-africains de Wouter Basson, avec justement pour partenaire Israël… Nous sommes bien placés pour faire la leçon à Mahmoud Amaninedjab. Nous le bien, forcément! Aujourd’hui en France, nous célébrons unanimement Mandela que nous avons contribué à laisser croupir dans les geôles post-fascistes cependant que nos hommes politiques le traitaient de terroriste. Comme Arafat, comme d’autres avant eux, Um Nyobe au Cameroun, Lumumba au Congo… A quel moment avons-nous menti? Hier ou avant-hier? En quelles de nos vertus croire? Celles d’hier ou d’avant-hier? Dans l’incertitude toutes deux sont suspectes.

Discrimination lexicale du « racisme »

«Après l’approbation du document, le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner avait salué "un texte antiraciste majeur". "Tout a été obtenu à l’exception de ce que nous voulions sur l’orientation sexuelle", avait-il affirmé, déplorant qu’il y ait eu "une résistance à propos de l’homosexualité".» Faudrait peut-être voir à parler le français comme disait l’autre… Les mots ne servent pas à autre chose. Monsieur Kouchner, il est triste d’avoir à rappeler au Ministre des affaires étrangères, dont le principal instrument diplomatique est la langue, qu’en français, tout comme du point de vue du sens et du langage par ailleurs, le racisme n’est pas la discrimination. Libre à vous d’organiser un tour de table mondial avec les sponsors luttant contre toutes les discriminations y compris homosexuelles. Nous serons de vos soutiens ce jour-là. Mais là il s’agissait de traiter de la clinique d’une maladie mentale que les Lumières de la Raison ont enfantée… « Enlightenment », la race et ses manifestations délétères, le racisme, le dégoût de soi réfléchi en autrui par la haine de l’autre, des choses de ce genre…. Le monde n’est pas la France et vous ne lui ferez pas avaler votre agenda en douce même avec deux tonnes de graisse de phoque. LFDM. Source des extraits, La Tribune de Genève.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu