Avertir le modérateur

12/04/2009

Manuel Valls: «Le Parti socialiste doit être incarné par une nouvelle génération»

26071_une-valls.jpg

Gauche réactionnaire et sectaire: sortez les poignards!

Dans une interview qui ne s’imposait pas, le quotidien de révérence du soir, surveillé la nuit par Louis Schweitzer et ses sbires, déroule un tapis à l’intrigant à deux euro d’Evry, qui a tenté de catapulter son noir de service Gatson Kelman le démanioqueur. En choisissant celui des noirs qui n’aime pas le Manioc, le «vieux-jeune loup» du parti Socialiste qui ambitionne de marcher sur les brisées de Nicolas Sarkozy, les talonnettes auraient suffit, témoigne de son manque de jugement. Kelman est un esprit gras, comme nègre vendu à la cause de ceux qui ont défait son être, il y avait à la fois plus corrompu dans la prédisposition, et plus raffiné sur la place de Paris. C’est d’ailleurs curieux cette tare des partis politiques et des réseaux de manquer à ce point de jugeote qu’ils s’entourent de médiocres achevés tels Patrick Lozès, Dominique Sopo ou encore Kelman pour cornaquer les minorités.

Revenons. «Où classer Manuel Valls? S’interroge faussement L’imMonde. Comme si la question se posait et comme si le personnel du Monde, sélectionné pour sa déférence à la secte qui le dirige, ignorait la nébuleuse dans laquelle gravite Valls… «Député de l'Essonne, maire d'Evry, ce socialiste de 46 ans n'en finit pas d'intriguer ses amis. Il a soutenu Michel Rocard, travaillé avec Lionel Jospin, appuyé Ségolène Royal. Aujourd'hui, il revendique sa pleine liberté de pensée. Et n'hésite pas à choquer ses camarades: en début de semaine, il a reçu dans sa ville le ministre de l'immigration Eric Besson devenu secrétaire général adjoint de l'UMP après avoir été secrétaire national du PS.» Il suffit pourtant de taper Valls sur Internet pour voir dans le voisinage du Monde, du côté de la presse réactionnaire, des indications qui donnent des clefs: «son destin va se nouer à la fac de Tolbiac, où il s’inscrit en histoire. Un jour de 1980, le jeune homme lance un vibrant appel à la solidarité avec les victimes d’un tremblement de terre en Italie. Deux étudiants, Stéphane Fouks et Alain Bauer, ont remarqué le tribun en herbe. Ils vont bientôt devenir des amis inséparables.» (Source Le Point 02.08.2007)

La troika de tolbiac

Stéphane Fouks est devenu communicant en faisant carrière chez Havas, quant à Alain Bauer, il est passé des cercles rocardiens à inspirateur de la politique sécuritaire de Sarkozy. Ce Bentham des temps modernes rêve d’une société sécuritaire, et finira un jour par proposer d’introduire une caméra dans chaque trou du cul de jeune auquel on aura préalablement prélevé l’ADN, dès la naissance, en phase prédélinquante, c’est mieux. Le site voltaire.net et d’autres sources le disent lié à la CIA: «Alain Bauer, de la SAIC au GOdF. En 1993, Alain Bauer a séjourné sept mois au siège de la SAIC à San Diego (Californie). A l’issue de ce stage, il est devenu vice-président pour l’Europe de la SAIC. En 1994, il a créé sa propre société de conseil et de formation en sécurité, AB Associates, qu’il a domicilié à proximité des locaux de la SAIC-Europe au CNIT-La Défense. Il a alors abandonné ses fonctions de vice-président de la SAIC-Europe pour celles de senior consultant. Au tour de table constitutif du capital d’AB Associates, on trouve la SOCADIF, la société d’investissements de l’ex-journaliste d’extrême droite Patrick Grumelart (qui tenta de racheter Minute en 1985). […] Alain Bauer a choisi Nathalie Soulié comme secrétaire d’AB Associates, de 1994 à 1997. Mme Soulié est l’épouse de Manuel Valls, actuel porte-parole du Premier ministre (Lionel Jospin). Alain Bauer et Manuel Valls ont été tous deux cités dans l’affaire de la MNEF, dont ils furent administrateurs sous le premier septennat de François Mitterrand. Leurs noms, ainsi que celui du journaliste Guy Benhamou, ont également été cités dans l’affaire corse, alors que les trois hommes fréquentent la même loge du GOdF, L’Infini maçonnique.» Source. Que du beau monde comme on peut le constater. Ce que cache la Pravda parisienne. Source. «Vingt-cinq ans ont passé, mais les trois complices sont restés aussi soudés. Pas de journée où ils n’échangent des SMS, de mois sans dîner amical et stratégique.» poursuit Le Point. Comment dans ces conditions prétendre ne pas pourvoir classer Manuel Valls? Le journal Le Monde réputé naguère pour le sérieux de ses articles est décidément devenu le lieu de plaisanteries.


Figurer la réaction de gauche pour flatter le popu

«C'était de la provocation de recevoir dans votre ville Eric Besson, le ministre de l'immigration, honni des socialistes?» Une question censée mettre l’élu Infiniment ambitieux en difficulté. «Non, répond l’ami d’Alain Bauer, car il s'agissait d'un débat contradictoire auquel participaient notamment le président de SOS-Racisme, Dominique Sopo, et le sociologue Michel Wieviorka. Il ne doit pas y avoir de sujet tabou, surtout dans ce domaine.» Comme s’il restait un tabou en France dans le domaine de l’immigration. Que n’a-t-on déjà dit sur les immigrés qui n’a déjà dépassé l’abomination? Polygamie, fraude aux allocations, insécurité, mariages forcés, putes et soumises, femmes battues, excision... Que reste-t-il à franchir comme tabou? A cet égard d'ailleurs, les propos désobligeants ne sont jamais venus, loin de là, de Le Pen mais bien des bonimenteurs des partis traditionnels, dits de gouvernement, pour constituer des clientèles électorales en surfant sur les peurs et en manipulant les stéréotypes. On se souvient du «bruit et des odeurs» de Jacques Chirac et de la saillie de Rocard, «la France n’a pas vocation à accueillir la misère du monde». Même s'il la pondérait par un :« mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part.». C’est cela l’éthique des parpaillots…

De l’autre côté du dispositif, ce ne sont pas, hélas on l’a vu avec Kelman, les cautions noires ou hallales qui manquent. Les mendiants courent les rues. Dire dans ces conditions qu’il n’y a pas de tabou, c’est faire un doigt à une péripatéticienne qu’on a préalablement violée et se farcir le benêt. Il le mérite. Pour ce qui est du tour de table de la réunion tupperware de Valls, il laissait à désirer intellectuellement et moralement mais s'expliquait par la logique des réseaux: Wieviorka dont la préoccupation en sourdine mais obstinée pour la question noire, sous couvert d’immigration, est délétère; Dominique Sopo, dans n’importe quelle autre démocratie, l’actualité de Dray qui éclabousse forcément SOS racisme et les fonctions de ce personnage sur le plan moral aurait dû les conduire à s’effacer le temps au moins de l’enquête. Il n’en est rien. Ils sont requis sur la base de leur défaillance morale pour narguer le peuple. L’interviouveur? Thierry Guerrier on ne fait guère plus bête. dans le PAF chez ce dadais l’esprit marche à quatre pattes. Passons…

Et pour cela, taper encore et encore sur l’immigré, surtout si l'on se dit de gauche. Valls est pourtant lui-même catalan naturalisé français. Toute la contradiction du discours vindicatif sur l’immigration condensée en ce personnage qui prétend ne pas instrumentaliser l’immigration, pour mieux l’instrumentaliser. Ce que porte le discours sécuritaire de la nébuleuse à laquelle il appartient. «Face à la montée des tensions, le maire de gauche campe sur une ligne claire: rappeler la règle, refuser la ghettoïsation et l’assistanat. «A Evry, proclame-t-il, on ne fera jamais la gratuité totale dans les cantines. Il faut responsabiliser les gens.» Un langage de fermeté républicaine qui est celui qu’attendent les populations, assure l’écrivain évryen d’origine camerounaise Gaston Kelman, qui apprécie en Manuel Valls un «élu de terrain qui n’est pas prisonnier des dogmes». Quitte à pratiquer une politique pas très différente de celle d’un maire de droite. «J’ai doublé les effectifs de la police municipale, précise Valls, en saluant les pandores près de sa mairie. Et je compte l’armer.» Pour l’équipement de la police municipale, Manuel Valls n’aura pas à se creuser la tête. Les experts d’AB Associates ont des sets prêts à l’emploi pour les communes: caméra, flingue et tout le toutim.

Le visiteur de l’Elysée entré par une porte discrète

«On vous reproche poursuit le journalisme inquisiteur, souvent au PS d'être complaisant à l'égard de Nicolas Sarkozy...» Non! Tu crois? «L'anathème est une tradition chez certains à gauche. Lorsqu'en 1980, j'ai adhéré au PS dans le sillage de Michel Rocard, ses amis étaient au mieux taxés de «sociaux-démocrates» -ce qui était le début d'une dérive droitière- au pire de «gauche américaine» -ce qui était le début de l'excommunication!» A s’en tenir au sigle de la CIA et si voltaire.net dit vrai, Alain Bauer c’était l’intelligence Américaine. Ou bien aurait-on mal lu? Mais là encore il suffit d’aller chez les réac d’à côté. Retour sur l’article de François Dufay (Le Point 02.08.2007) qui titrait «L'homme qui veut être le Sarko de la gauche». Si ce n’est son pote c’est son modèle… «Dans les décombres du PS, la voix de Manuel Valls porte de plus en plus. L’heure de ce quadra qui combat les tabous de son camp est-elle arrivée ? Récit d’une ascension. En cette fin d’après-midi de juin, Nicolas Sarkozy est d’humeur joueuse. Son visiteur du jour, entré à l’Elysée quelques instants plus tôt par une porte discrète donnant sur les jardins, va s’en rendre compte. A peine les deux hommes ont-ils pris place sur des canapés que le nouveau président attaque:
«Quel âge as-tu, Manuel ?
- 44 ans, bientôt 45, Nicolas.
- A ton âge, j’étais déjà ministre. Tu te rends compte que tu es dans l’opposition pour dix ans? Viens travailler avec moi, comme Kouchner, Jouyet et les autres. Sinon, quand tu arriveras au pouvoir, tu auras 55 ans...
- Ça ne me pose pas de problème: dans dix ans, je ne serai pas beaucoup plus vieux que toi aujourd’hui...
»
Un partout! Entre Nicolas Sarkozy et Manuel Valls -car bien sûr il s’agit de lui-, la partie de poker menteur n’ira pas plus loin. Les deux hommes ont appris à s’apprécier lors de débats à l’Assemblée. Le député maire PS d’Evry n’a jamais caché son admiration pour l’activisme de Sarko.»

Quelqu’un qui fréquente l’Elysée par la porte de derrière a l’habitude de pratiquer le derrière en politique. Il est facile à classer. Ce n’est ni un perdreau de l’année ni un ennemi de Sarko. C’est un homme politique avisé et un cacique de réseaux, ceux d’Alain Bauer, d’Infini et du Grand Orient de France ne sont pas les moindres. C’est bel et bien un proche de l’Empereur qui a juste pensé que son «jeune» âge jouait en sa faveur, et qu’il grillerait ses chances d’aller à l’Elysée en se faisant débaucher, contrairement aux croûtons que sont les Kouchner, Lang et autres qui auraient loupé le coche en n’allant pas à la soupe. Le viagra fait des miracles mais ne suspend pas le temps! D’ailleurs le loup qui s’était montré agressif durant la campagne pour l’élection du Premier Secrétaire du Parti socialiste, payant son hostilité par sa mise à l’écart du Bureau lors de l’intégration des Ségolénistes, a de nouveau acéré ses dents. Le réseau qui veut jouer simultanément un cheval à gauche et à droite lors de la présidentielle de 2012 pour être sûr de gagner dans les deux cas, a donné son signal. Illustration avec l’imMonde: «Vous avez soutenu Ségolène Royal pendant le congrès de Reims. Et aujourd'hui?» Il aurait soufflé la question ce serait du pareil au même… L’Infini d’Evry: «Je l'ai soutenue parce qu'elle portait le mieux l'idée de la rénovation. Aujourd'hui, le PS doit être incarné par une nouvelle génération qui porte d'autres idées, d'autres pratiques. Je n'ai plus l'âge d'être l'élève d'un «sage actif», quel qu'il soit. En 2012, c'est cette génération qui doit incarner le changement et le renouvellement.» C’est méconnaître les forces d’en face. Ségo a de la ressource, celles de Pierre Bergé qui veille au grain et a la rancune toute mitterrandienne. C'est oublier qu'il n'a pas d'espace sur sa droite où le catholique Bayrou y bégaye bien,  et ce avec beaucoup plus de crédit moral et intellectuel. Ce réseau fait-là un mauvais calcul.

Force est en outre de constater que l’ambition de Manuel Valls ne date pas d’aujourd’hui et que le côté recuit de son émergence trahit une faiblesse. Il a atteint le plafond et ne sera jamais en situation. Seulement un éternel second. Pour s’en convaincre, retour au Point: «Histoire de diviser cette juvénile troïka (Alain Bauer, Stéphane Fouks et notre Valls), le patron de l’appareil rocardien, Jean-Claude Petitdemange, imagine un jour une manoeuvre. Il convoque séparément Valls, Fouks et Bauer, et offre à chacun la même et unique place au comité directeur du PS. «On n’a pas mis une heure pour tout se dire, se souvient Bauer. Lors d’un dîner chez Fouks, on a décidé de voter à bulletins secrets pour savoir qui aurait la place, avec interdiction de voter pour soi. Manuel a fait trois voix...» Déjà tricheur, ce qui ne lui a pas profité jusqu’ici. Machiavel n’est pas qu’un réseau, c’est aussi un don de la nature. Le diagnostic suivant d’Alain Bauer date de 2007: «Manuel, c’est un formidable libero qui a appris à jouer collectif, mais qui doit maintenant devenir capitaine.» Il ne suffit pas d’être, parmi les refondateurs du PS, celui qui suscite le moins d’urticaire.» (Le Point) Or ce fan du Barça restera libéro et finira sur le banc sans être capitaine. Car pour jouer capitaine, il vaut mieux être meneur de jeu ou buteur en plus de l’envergure. Pour ces rôles il faut en avoir l’étoffe et l’épaisseur. Manuel Valls manque des deux… LFDM

Commentaires

Le PS commence déjà a être incarner par de nouvelle tête (Benoit Hamon, Charlotte Brun, Najat Belkacem, Bruno Julliard...)

Mais je ne pense pas que quelqu'un comme Manuel Valls, qui est pour les OGM, l'immigration choisie, l'alignement des régimes spéciaux, l'allongement de la durée de cotisation...soit le mieux placé pour donner des conseils au PS...

Écrit par : back2basics | 13/04/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu