Avertir le modérateur

06/04/2009

LKP ou Le Klaqueur de Porte

elie_domota--JACKY%20NAEGELEN.jpgLes états-généraux ne peuvent être dictés au peuple guadeloupéen

Prend-ça dans ta tronche. C’est pour l’heure, le doigt de l’Homme de Domota à Karam et au gouvernement. Sous la houlette de son emblématique leader, le LKP refuserait de participer aux états-généraux de l’outre-mer. Pour nous zôtres métros, il va falloir se mettre au K’éol. Nous avions déjà appris à seriner «la Gwadloup nè pas ta yo», notre expression s’enrichi désormais à «yo ja désidé biten a yo», pour «tout est déjà décidé». Avec Sarko, c’est tout le temps «partageons mon avis…» Mais le Domota est bien malin qui ne se laisse prendre…

«Le collectif LKP (Lyannaj kont pwofitasyon), qui a mené le conflit «contre la vie chère» pendant 44 jours en Guadeloupe, refuse de participer aux états-généraux de l’outre-mer, convoqués par Nicolas Sarkozy. Son dirigeant, l’emblématique Elie Domota, estime que «tout est déjà décidé». La séance n’est pas encore ouverte, mais déjà, la porte claque. Dans un communiqué, le LKP annonce qu’il ne se rendra pas aux états-généraux de l’outre-mer, convoqués par le président de la République en pleine crise en Guadeloupe et en Martinique. Une politique de la chaise vide qui fait planer le doute sur la tenue des états-généraux dans dix jours, puisque le LKP représente tous les syndicats (sauf la CGC) de l’île. Cette décision du LKP ne constitue pas une surprise. Les principaux syndicats de l’île, tous membres du comité, dont l’UGTG, avaient annoncé la semaine dernière qu’elles ne participeraient pas. Dans son texte, le charismatique patron du LKP, Elie Domota, accuse le gouvernement d’avoir tout ficelé : «LKP refuse d’être la caution sociale, économique, politique et culturelle de Monsieur Sarkozy et de ses relais en Guadeloupe. Yo ja désidé biten a yo» (tout est déjà décidé). «Pon (aucun) états-généraux ne peut être dicté au peuple guadeloupéen», martèle le texte.

En cause le périmètre du lâcher de pognon
«A l’origine de ce mouvement d’humeur, l’intention prêtée au gouvernement de s’en tenir à une extension limitée de l’accord salarial ayant permis de mettre un terme au conflit de 44 jours en Guadeloupe. Alors que l’Assemblée nationale entame l’examen du projet de loi pour le «développement économique de l’outre-mer», le secrétaire d’Etat, Yves Jégo a appelé à une extension à toutes les entreprises de l’accord Binot qui prévoit une augmentation de 200 euros des bas salaires, «en prenant modèle sur ce qui s’est passé en Martinique». Il a regretté que le LKP ait selon lui choisi la voie de «la marginalisation». Les dix jours à venir risquent en tout cas d’être ceux de la tractation.» Source France Info / Grégoire Lecalot, avec agences.

C'est que le Domota est du genre indigeste, les colons n'ont donc pas fini d'en entendre parler.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu