Avertir le modérateur

24/03/2009

Infantile cruauté, le lion d’Arly est mort ce soir

arton14493-150x94.jpgArias de notre terrible jungle

Le safari du bouseux, ou comment du trou du cul de sa misère sociale et humaine, n’est-ce pas sur ce fondement concret qu’on s’assied? on peut se payer la crinière d’une majesté d’Afrique. Pauvres lions, demain il n’en restera que des récits frelatés par ceux qui les auront décimés. Pour certains qui prétendent faire un sport, la chasse, l’Afrique est toujours notre terrain de jeux cruels comme ils sont infantiles. Ces abrutis sont-ils majoritaires parmi nous? En tous cas, ils paradent sous nos complaisances et sont encore trop nombreux. Il y a donc des coups de pied au cul qui se perdent ce dont nous sommes coupables. Or c’est se faire plaisir que de botter journellement le cul du connard. Tant qu’il restera des «dirigeants africains», en fait des sous-préfets d’intérêts obscurs, pour servir la soupe à ce genre d’activité et de relation inscrites dans le regard ordonné par l’anthropologie du sauvage et du barbare, autant dire pour signifier en contrepoint le stade de notre degré de civilisation à l’image du discours de Dakar, pour 900.000 francs troués CFA, soit 1372 euro sesterces, n’importe quel idiot parti du nord se paiera la tête du lion des savanes et de la forêt. Le Bachelet a failli perdre la sienne, la Feuille de Manioc ne regrette qu’une chose, c’est qu’il n’y soit pas resté…

«Je ne chasserai plus du lion…», lâche avec émotion Jean Claude Bachelet qui a failli perdre la vie au cours d’une chasse au lion dans le parc d’Arly. Le dimanche 15 mars 2009 à l’hôtel OK-IN, le Français, qui s’apprêtait à rentrer chez lui à Bourgogne en France, nous a retracé les péripéties de la traque au lion qui s’est transformée plus tard en un exercice cauchemardesque. Il avait 3,50 mètres de long, sa patte avant faisait 25 cm et celle arrière 23 cm ; ces informations, obtenues à la suite de l’abattage du lion à la crinière qui tenait à faire la peau à ses poursuivants, montrent à quelle enseigne l’animal était énorme. Malgré tout, Gaïndé le lion, roi de la brousse, pour paraphraser un livre scolaire, a finalement succombé, après 48 heures de traque, dans la zone d’Arly, située à l’est du pays. Il ne s’agit donc pas là d’une fiction mais d’une histoire vraie.» Source l’Observateur Paalga (20.03.2009) qui n’a rien trouvé à redire sur cette cruelle humanité et s’est contenté de la réciter. Ca s'appelle des journalistes et ça pense avec son derche... LFDM

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu