Avertir le modérateur

18/02/2009

Stéphane Guillon: Suites du libre-échangisme au FMI

guillon.jpgVideo à voir, un grand moment de radio sur France Inter.

La scène, DSK est l’invité de la matinale, de France Inter mais avant il y a l’incorrigible Stéphane Guillon qui sévit. En présence de DSK, l’humoriste dresse alors un portrait au vitriol d’un niveau rarement atteint sur le même plateau. Voir la video. En célèbre marque de Sarcelles-Sur-FMI, DSK écoute impassible la charge caustique de l’humoriste mais montre ensuite son peu de goût pour l’humour: «J’ai assez peu apprécié les commentaires de votre humoriste. Les responsables politiques ou d’actions publiques comme moi ont le droit ou même le devoir d’être critiqués par les humoristes. Mais l’humour, c’est pas drôle quand c’est principalement de la méchanceté…» Méchanceté? Grattons un peu…

kahnpiroska.jpgLibre-échangisme sur fond de crise de suce-primes
Souvenez-vous, l’affaire avait fait grand bruit dans le landerneau germanopratin à l’automne dernier. Après les arias du libre échange au PS, notre DSK national, propulsé DSK international au FMI, était accusé de s’adonner au libre-échangisme avec sa collaboratrice, ce qui avait mis la Gaule dans de beaux draps. Embarrassé d’avoir embrassé, puis d’avoir mis le feu à la vertu de Piroska Nagy qui n’est pas cousine de notre Nicolas, il avoua un «incident privé». A voir ci-contre la tête de l’incident, au Manioc on comprend qu’il ait voulu prendre le risque d’un tel sinistre même sans police d’assurance. Icelle était responsable du Département Afrique des pyromanes du FMI, ces banquiers qui n’ont pas vu venir l’escroquerie mondiale des sub-primes, mais ont mis le berceau de l’humanité à feu et à sang à coups d’ajustements structurels. Autant dire un régime minceur au bifidus très actif façon sahel.


Méchanceté ?

DSK a failli à la règle n°1, du capitalisme protestant de Weber: «ne pas mêler les affaires au cul», du moins officiellement, soit en gros, farcir sans se faire attraper. Car l’image de la morale, ça compte dans ces milieux. A cette occasion, DSK a dû regretter la connivence des journalistes français avec le pouvoir. La presse anglo-saxonne qui ne fornique pas avec le monde politique l’avait alors harcelé. Pour conserver son siège, DSK s’est alors souvenu de la jurisprudence Levinsky qui veut qu'aux US, on ne parjure pas pardessus le cul. Les Clinton en savent quelque chose. Pour la classe politique française ce n’était un complot d'américains jaloux des compétences du surdoué de Sarcelles. Selon Cambadélis, on cherchait à faire tomber DSK à cause de ses bons sondages avant le Congrès de Reims. Mais bien-sûr… Comprendre Piroska avait fait du gringue à DSK pour saboter les ruines du PS. Il faut que quelqu’un dise aux pachydermes de la rue Solférino d’arrêter les joints au PS! On a des feuilles de manioc à leur proposer.

A propos du portait de Guillon, DSK a parlé de méchanceté. Et si ce n’était, à défaut de bénéficier en France d’un journalisme politique indépendant, qu’une manière pertinente de décrire la disqualification tirée de l’autorité et du pouvoir? La caricature on le sait, force le trait. Mais le fond du trait lui est nécessaire pour qu’elle fasse mouche. Et si la mouche a piqué la marque pipole du FMI c’est que le trait était ben réel et à peine forcé. L’épisode du FMI relevait de népotisme et non de la vie privé, sa relation est un fait public. Il n’y a qu’en France qu’on tolère de voir des filleuls à la télévision interviewer leur parrains ou des beaux-parents évaluer leurs gendres dans les entreprises.

A ce propos, dans une récente livraison sur le Ouiabe, l’Express.fr rapportait que l’enquête interne relative à l’affaire DSK aurait complaisamment oublié de mentionner une lettre accusatrice de Nagy, la pyrogénique victime consentante de DSK. «Pourquoi s’interroge l’Express, le témoignage de Piroska Nagy, avec laquelle Dominique Strauss-Kahn a eu une liaison en janvier 2008, a-t-il été en partie passé sous silence par les enquêteurs chargés de faire la lumière sur un éventuel abus de pouvoir du directeur général du Fonds monétaire international (FMI)?[...] Dans une lettre envoyée le 20 octobre dernier aux enquêteurs mandatés par le FMI, et dont L'Express a eu connaissance, l'économiste d'origine hongroise qui travail­lait sous les ordres de DSK écrit: «M. Strauss-Kahn a abusé de sa position pour entrer en relation avec moi.» Et de poursuivre : «Je n'étais pas préparée aux avances du directeur général du FMI. [...] J'avais le sentiment que j'étais perdante si j'acceptais, et perdante si je refusais.» Source.

Il n’y a donc pas de méchanceté à parler des frasques extraconjugales du surdoué des dessous. Il s’agit d’une question d’actualité. Au fond, Stéphane Guillon n’aurait pas été sur ces frontières de l’humour si l’autorité morale des dirigeants n’était pas discutable au point pitoyable où la pipolisation de la vie publique fait du cynisme, de la violence, de l’abaissement et du spectacle, des vertus cardinales de gouvernance. Il faut avoir assisté au moins une fois à une séance photo avant un point de presse de DSK pour voir, derrière la pose et le travelling panoramique rôdés, et sourire téléphoné pour la pellicule, que le banquier ou l’homme politique c’est selon, fait sa star. Avec Guillon il vient d’en essuyer le revers. LFDM

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu