Avertir le modérateur

09/02/2009

La discrimination positive divise

besson.jpg

"Toi aller te faire carrer avec ton comptage ethnique"

Lu pour vous ce billet de Cécilia GABIZON du Figaro (05.02.2009) journal néo-cons (pour néo-conservateurs, on est polis ici) «la discrimination positive divise le gouvernement» Il permet de lire entre les luttes d’influences et les avantages pris par les groupes, les loges et les sectes. En crypté brumeux ça donne ceci: «Bannir les discriminations fait consensus. Mais la réflexion sur les moyens d'y parvenir marque la fracture politique entre les tenants de l'égalité et les chantres de la diversité.» Mais [le comptage ethnique] ne fait pas l'unanimité au sein même du gouvernement. Traditionnellement, la France s'oppose à cette lecture raciale de la citoyenneté.[...] Depuis, le chef de l'État a écarté ce comptage racial… mais nommé Yazid SABEG, connu pour en être un fervent partisan. À contre-courant des autres personnalités chargées du dossier.» Idem GABIZON.

En décodé, le clan du comptage ethnique s’oppose à un autre, celui du statut quo, tous deux au nom de la diversité ou de l’égalité, peu importe, tous deux la revendiquent républicaine, mais surtout à coups d’arguments attrape-couillons. Le premier veut monnayer la mélanine et l’arabo-islamisme en politique comme dans les entreprises. Le second rassemble sous toutes sortes de prétextes, la laïcité, la méritocratie et d’autres balivernes de ce genre. Bref des rentiers du racisme qui se voient débordés par des nouveaux venus. La nouveauté est que tous frappent au guichet de l’Empereur, là où gauche et droite opéraient les clivages traditionnels. Seule la République ressort orpheline de ce festin anthropophagique et malheureusement, ils sont nombreux à se faire prendre…


Pourquoi sont-ils pour?

Grâce à la feuille de Manioc, cette grande affaire s’élucidera et vous verrez comment certaines communautés, confessionnelles ou supposées «raciales», qui ne figurent pas au devant de la question noire sont à la manœuvre. Pour l’heure comptons les points.

Le CRAN: «Ce lobby écrit GABIZON, qui tente, non sans contestation, d'incarner la parole des Noirs en France bénéficie désormais d'un allié: le nouveau commissaire à la Diversité, Yazid Sabeg. Il y a deux semaines, ce chef d'entreprise avait décrit une France «en voie d'apartheid» et prôné des mesures coercitives pour im­poser «des Noirs et des Arabes», notamment en politique.» Lobby c’est déjà lui reconnaître une valeur…

Yazid SABEG, un nouvel allié? Au Manioc on veut voir sur la longueur ce que valent ces noces de la carpe et du lapin. Et il faut commencer par en convenir, ce front-ci est hétéroclite. Si certains membres du CRIF à commencer par le Dr Richard PRASQUIER, trouvent un intérêt politique à prendre appui sur la question noire, histoire d’affaiblir sans s’exposer les revendications des musulmans de France, le melting pot prostitutionnel du CRAN ne pourra longtemps se confondre avec l’agenda du tout nouveau commissaire à la Diversité: «Le nouveau commissaire à la Diversité, Yazid SABEG, qui a décrit une France «en voie d'apartheid», prône des mesures coercitives pour imposer «des Noirs et des Arabes», notamment en politique.» Surtout des arabes… en priorité de ce qui le concerne et quoi de plus légitime? Branché sur d’autres secteurs d’influence et naturellement intéressé par le sort fait aux arabo-musulmans dans les banlieues, on voit mal la conception de la diversité de ce proche des milieux gaullistes, se confondre longtemps avec les droits des homosexuels défendus en sous-œuvre du CRAN par TIN, les névroses américanophiles de LOZES qui s’est cauchemardé un destin du Docteur KING, la psychanalytique amitié judéo noire… Le front est en effet mosaïque, trop mosaïque pour SABEG, et ça plus dispersé que diversifié pour faire office de levier ou de clientèle politique. Or c’est ce qui comptera à la fin, dans un agenda électoral qui ne plaidera pas, crise oblige, en faveur de cette posture.

Pourquoi sont-ils contre?

On comprendra les convulsions du camp adverse, qui apprécie peu que de nouveaux venus dans la rente raciste lui marchent sur les plates-bandes; les SOS racisme et affiliés, ni putes, ni soumises etc. «Plusieurs ministres, constate Cécilia GABIZON, s'opposent à cette politique, prônée notamment parle Conseil des associations noires. […].» On a rarement vu SOS racisme recentrer son discours institutionnel sur les expulsions, les discriminations. On a même cru un instant que Dominique SOPO s’était transformé en correspondant de guerre à GAZA. Or une campagne a été lancée pour faire le buzz sur le net et des instructions ont été adressées aux fédérations pour qu’elles relayent que SOS Racisme dénonce les expulsions.

Qui est contre mais aussi perdant, Patrick KARAM : délégué interministériel chargé de l'égalité pour les Français d'outre-mer, s'inquiète : «Comparer la France à l'apartheid, c'est sous-entendre que l'État empêche les enfants d'immigrés de réussir. De quoi nourrir la haine de certains.» Cet ancien dirigeant du Collectif DOM voit son ministricule se réduire à la portion congrue de figuration. L’évidence est que la créolité, et de l’ethnopsychiatrie ne pèsent rien électoralement pour SARKOZY.

Contre aussi, Fadela AMARA: qui proscrit «tout ce qui divise, comme les statistiques ethno-raciales». «Il faut arrêter de culpabiliser Marinette ou Benoît, qui dans les quartiers populaires souffrent également du chômage et de la précarité.» Oui, c’est ce que nous disons ici au Manioc. Ces excès langagiers de nul effet produiront l’inverse de ce qui est recherché. Mais il faut aussi arrêter de passer de la droite à la gauche juste pour un strapontin ministériel et moyennant le fait de tirer sur sa communauté d’origine.

Contre aussi, Éric BESSON: le ministre du «nous et les autres», qui récuse les «fichiers raciaux […] Nous devons trouver d'autres moyens d'évaluer les discriminations, comme la méthode utilisée par le Haut Conseil à l'intégration, sur les noms et prénoms, qui permet de se faire une idée». A savoir, ce professeur de la félonie instantanée n’est attaché ni aux réseaux DRAY, ni aux montres des parrains de SOS racisme. Est-ce pour autant qu’il est le seul à dire la seule chose qui soit intelligente de ce débat? La seule mesure qui soit immédiatement applicable, conforme à la constitution et transposable à la fois aux les politiques incitatives et à l’application des sanctions judiciaires? Allez savoir…

Nous vous avions dit il y aquelques temps ici même, que nous avions la solution à la Feuille de Manioc. Qu’elle était simple et immédiatement et juridiquement applicable. Que les statistiques ethniques, c’est dangereux, c’est raciste. Que c’est de l’enfumage prôné par le CRIF dont le CRAN se fait le porte-voix. Eh bien voilà la solution! Merci M. BESSON, merci surtout au Haut Conseil à l’intégration. Une lecture judiciaire de ce que vient d’opposer BESSON ferait condamner 98% des entreprises du CAC 40 en justice au pénal comme au civil. Si quelqu’un peut le dire à DE MENTHON ou à PARISOT…

Lire l'article du Figaro

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu