Avertir le modérateur

07/02/2009

Le CRAN, le chant du cygne des noiristes

sabeg.jpg

L'influence baisse d’un CRAN

Le raout des noirologues mendiants qui s’est tenu le 30 janvier dernier au très chic Cercle Républicain n’a pas attiré les foules. De même et c’est remarquable, peu de media ont relaté le non-événement racial, hormis quelques promoteurs mobilisés par les généreux parrains du CRAN. Tout d’abord AFP (05.02.2009), un des relais complaisants de l’événement. Selon cette source, Patrick LOZÈS a saisi l’occasion pour appeler à plus de «courage politique». L’agence de presse évoque un «parterre d'invités de tous bords, dont Yazid SABEG (photo ci-haut), Commissaire à la diversité et à l'égalité des chances». Source. Sous le titre ronflant, «Le CRAN réclame «l'égalité promise en 1789», la fatale Laetitia VAN EECKHOUT (LeMonde.fr 06.02.09) qui est de toutes les expéditions du CRAN a une nouvelle fois relayé les âneries des noirologues. C’est une habituée du journalisme de commande, aux ordres de ses patrons du Conseil de Surveillance du Monde des révérences. Est-ce en contrepartie de son repas qu’elle a signé un billet sans relief comme si le PQ du soir était devenu le porte-voix du CRAN? «Patrick Lozès, président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN), appelle les responsables politiques à être «à la hauteur des idéaux (de la France), de son histoire». «Nous aspirons en 2009 à l'égalité promise en 1789», a-t-il lancé, jeudi 5 février, lors du quatrième dîner annuel de son mouvement.» […] a-t-il insisté.» Ecoute Laëticia, la prochaine fois on se contentera de lire la propagande de LOZÈS par LOZÈS lui-même. Qu'est-ce qui t'oblige à t'infliger cela? Tu nous fais de la peine...

A quels politiques s’adressait le diversifié? Commençons par l’invité d’honneur Yazid SABEG, le tout nouveau Commissaire à la diversité et à l'égalité des chances. Selon TV5, une autre couverture complaisante, celui-ci a déclaré que «parmi les défis importants» qui se posent au pays, figure «la façon dont on va réaliser l'égalité réelle […] La situation se dégrade plutôt pour nos enfants […] Si on n'agit pas vite et fort, on va construire un apartheid social et territorial […] Il suffit de regarder la couleur de nos assemblées et de nos entreprises pour voir l'ampleur du problème: c'est d'une pâleur, d'une blancheur et c'est pas très frais d'ailleurs! a-t-il ajouté sous les applaudissements du public.» Source TV5


lozes2.jpgPatrick LOZES: «La diversité ce n'est pas une politique contre le racisme.»

TV5 dont l’obligeance débute avec la couverture décalée d’une imposture et s’achève sur l’absence de distance et d’esprit critique, n’a pas manqué de souligner que M. SABEG s’était fait applaudir par l’assistance sur la délicate ponctuation: «c’est pas très frais d’ailleurs…» Au Manioc on a une idée très précise et bientôt nominative, grâce à la «Liste d’Horus», de la qualité de cette assistance qui inspire plutôt le tapin de verroteries que la fierté austère. Sur la forme, s’agissant du thème et de son contexte, était-ce approprié d’ajouter à la gravité de la situation «c’est pas très frais»? Était-ce nécessaire? Le Manioc ne préjuge pas de l’action du tout nouveau Commissaire qu’il suivra de près. Nous remarquons qu’il est aisé de se faire applaudir sur des formules faciles par une assemblée d’esprits défaits, vivant à la solde de la mélanine, démunis de tout orgueil et guidés par la concupiscence. Il est plus difficile de désigner nommément les patrons du CAC 40 qui coordonnent quotidiennement une ségrégation de classes sociales, de genres et de races supposées en tenant leur situation de domination pour innée et acquise. Si «c’est pas très frais» et que ça sent le poisson fétide, avant de stigmatiser les exhalaisons de nos assemblées et de nos entreprises, il faut désigner les lieux où elles naissent, dans les nuits des loges, ces endroits de cooptations obscures, de relations putrides, où copulent dans une monstrueuse orgie se qui tient lieu d’élite de la Nation. Ca c’est plus difficile à dénoncer et plus compliqué. Qui n’en est pas?

On remarquera à cet égard que Patrick LOZÈS a trahit les limites fixées par d’autres à son exercice: «La diversité ce n'est pas une politique de charité. Ce n'est pas non plus une politique contre le racisme.» S'éclaire en une simple phrase la manipulation au cœur de l’objet du CRAN, que seuls les gogos n’avaient pas vu venir et que nous avions bien entendu au Manioc. Nous conseillons à ces lobbyistes de changer de dénomination. Honnêtement, CRAD ferait plus propre, pour Conseil Représentatif des Associations de la Diversité. Dans ce jus saumâtre, que nul ne s'étonne de voir prochainement émerger des CRAB qui défendront les blancs. T'en pinces quoi? Il reste que le racisme est un délit pénal qui gangrène la France, qui est d’abord le fait de la quasi-totalité des patrons des Grandes Entreprises françaises ce qui réclame prioritairement une politique de sanction et de judiciarisation comme tous le délits. Sauf à dire que le racisme anti noirs et anti arabo-musulmans, car c'est d'eux dont il s'agit, font exception à la justice il n'y pas de diverité qui vaille, il doit d'abord avoir l'application des lois. Le racisme ne peut bénéficier d'un régime d'exception. Cependant nous sommes heureux d’apprendre que le CRAN admet ne pas être interlocuteur ni acteur de la lutte contre le racisme. L'esprit s'interroge alors sur le point de savoir pourquoi le CRAN n'a jamais hésité à prendre la parole et s'investir pour dénoncer les faits d'antisémitisme. Gère tes contradictions félon mais lâche la grappe à la France, ça ferait du bien à tout le monde. Retenez toutefois que le CRAN ne se préoccupe plus que de cul, de métissage, de quarterons, d'octavon et de pauvres cons...

diner_cran_2009.jpg«Une salle clairsemée», Marianne2 moins complaisant avec le CRAN

Poursuivons le défilé des personnalités à la tablée. Il y avait-là Roger KAROUTCHI, secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement. Est-ce Louis-Georges TIN et la perspective des élections régionales qui l’ont convaincu d’y participer? Yves THREARD du figaro peut vous éclairer la-dessus. Lien. Aucune source d’information ne fait état de la présence de Valérie PECRESSE son hystérique concurrente. Forcément! C’est une femme… Il y avait aussi Eric BESSON, ministre de l'Immigration venu sécher Fodé SYLLA. Marianne2 a noté la «drôle d’ambiance» de ce dîner tout sauf républicain qui grimace le rituel annuel imposé par le CRIF aux hommes politiques qui y défilent chaque année pour humilier la République. «Après la victoire de Barack OBAMA, on aurait pu imaginer qu’une foule de personnalités auraient répondu à l’invitation du Conseil Représentatif des Associations Noires. Pourtant, c’est devant une salle clairsemée que le président du CRAN Patrick LOZÈS, le secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement Roger KAROUTCHI, la députée socialiste Sandrine MAZETIER, le Commissaire à la Diversité et à l’Egalité des chances Yazid SABEG, et le nouveau Ministre de l’Immigration Eric BESSON, ont pris tour à tour la parole.» Source (Anna TOPALOFF, Marianne2 07.02.2009)

Devant l’échec de ses parrains à mobiliser même le gotha des corrompus germanopratins, le pantin de ses maîtres a donc trépigné: «La diversité, ce ne sont pas quelques nominations dans un gouvernement. (…) La politique des nominations n’est qu’un placebo politique : ça a le goût de la diversité, ça a la couleur de la diversité, mais ce n’est pas de la diversité!». Le CRAN a-t-il seulement l’apparence de la représentativité? Qu’il se préoccupe au moins de s’acheter une légitimité avec l'aide de ses généreux sponsors, à défaut de se la construire. L’incantation verbale ne sert pas de gage stratégique. Avec le dernier expédient en date complémentaire aux premiers, SABEG après AMARA, après KARAM, l’Empereur semble pour l’heure avoir tranché cette affaire qui lui aliénerait sa majorité de godillots s'il penchait nègre. Les français plébiscitent OBAMA, mais alors loin là-bas pour la droite UMP. Ce qui, pour le CRAN, signifie à terme le chant du cygne. Et la fenêtre de tir se cadenassera à mesure que la France avancera dans la crise, ce que la déculottée des élections européennes n’arrangera pas. Le thème de la «discrimination positive» et de l’omniprésence de la «diversité» commence à faire grincer les dents à l’UMP. Alors les érections de fidélité d’hier molliront en débandades et les effusions d’humeurs amicales se réduiront en suintements. Tel est le sort auquel se condamne le traître à toutes époques. Il est même arrivé que des maquereaux se fassent émasculer par leurs victimes d’hier qu’ils prostituaient. Gare donc aux roupinettes.

Il n’empêche, le noirologue s’assigne pour tâche non plus seulement de faire du «bruit institutionnel» mais de le faire croire. Là où Marianne a vu des allées et des chaises vides, Patrick LOZÈS a vu du comble. N’est-ce pas un névrosé de la statistique? «De nombreux ambassadeurs, de nombreux intellectuels, l'écrivain Marek Halter, le rapporteur spécial de l'ONU sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et d'intolérance ainsi que Miss France 2009 Chloé MORTAUD étaient également présents.» Source «De nombreux ambassadeurs», rien de moins… Pour ce qui est de l’utilité de Marek HALTER pour abuser les banlieues, on peut rêver mieux que ses récentes virées dans le 19ème arrondissement parisien flanqué du CRAN en faveur du dialogue entre communautés noires, juives et arabes. L’esprit retiendra l’homologie des catégories, ici la religion, là la race supposée. Or c’est à la capacité à se faire entendre de ces non-lieux de la République que se monnaieront les créances des représentatifs auprès du Château quel que soit le nègre, l’arabe désislamisé, ou la pute insoumise. Ce qui sonnera très prochainement le glas du CRAN et de sa stratégie tribunicienne car Marek HALTER qui s’avérera inapte à «mettre la disquette» aux djeun’s ne lui sera alors d’aucune utilité. Ca fait quelques années et ils le savent, que les mêmes les enfilent. A la différence du CRAN, SOS racisme avait abusé toute une base populaire avant d’épuiser le concept à force de magouilles et de dérives. Ce qui a obligé les stratèges du PS à recycler le concept à travers les sous-produits que sont par exemple «ni-putes ni soumises». Le CRAN ne représente que sa propre concupiscence. Politiquement cela ne vaut rien et ce statut est rédhibitoire face à la pragmatique du Petit Empereur.

horus.jpgPatrick LOZÈS ne pratique pas seulement la méthode coué, il est carrément secoué. Ne reculant devant aucune ineptie il réclame désormais «l'attribution préférentielle de marchés publics aux entreprises qui appartiennent aux minorités visibles ou qui œuvrent en faveur de la diversité». Et pourquoi pas mon froc pour ta gueule pendant que tu y es? Tu as des copains à financer? C’est vrai que le Conseil «représentatif», est constitué d’une nébuleuse de raisons sociales indéfinies et douteuses, dont on ne sait ce qu’elles sont, tantôt présentées comme des associations tantôt figurant sur certains annuaires comme des sociétés, ci de conseil, là d’expertise. Visiblement il n’y a pas que KOUCHNER qui en prodigue… Or selon nos enquêtes ces enseignes souvent constituées d’un seul membre, leur fondateur, ont pour seul domicile une boîte aux lettres ou une simple adresse mail yahoo ou gmail. Le CRAN est une imposture constituée de sous-imposteurs. La Liste d’Horus y reviendra.

sylla.jpgA ce propos, Fodé SYLLA était aussi de la ripaille. L’ex-président de SOS Racisme de 1993 à 1999, ex-député européen de 1999 à 2004 sur la liste communiste «Bouge l'Europe», membre du Conseil Economique et Social et toujours Président de la Fédération Internationale SOS Racisme et un crack toujours aussi pur d’esprit. Il a cru pouvoir lancer à Eric BESSON: «Ah, quel dommage qu’il y ait «identité nationale» dans l’intitulé de votre ministère!». Le tout nouveau Ministre du «nous et les autres» a vertement remis le guignol à sa place: «Je ne sais pas d’où vient cette remarque, mais j’y réponds quand même: l’«identité nationale», je la revendique». Parbleu! Tu la sens la droite dure dans ton fion? Dire qu’Eric était il y a peu encore de gauche… Tout de même! Fodé et ses potes n’en ont pas fini avec le racisme en France qu’ils s’occupent du terrorisme. A ce train les potes vont passer tout droit de TROTSKY à la CIA. Figurez-vous qu’à l’automne dernier, il parrainait un événement «STOP au terrorisme» en tant que Président de la Fédération Internationale SOS racisme. L’événement était organisé par, devinez qui? La Fraternité Judéo Noire, tiens tiens, Ni Putes Ni Soumises, oh!, l’Union des Etudiants Juifs de France, avec le soutien de Riposte Laïque (on vous en parlera) et l’appui des ville de Fontenay-sous-Bois et de Saint-Mandé… Puisqu’on vous dit qu’il s’agit des mêmes pantins sur une niche commerciale… Et on vous dira à quoi servent les subventions tirées des fonds du Sénat.

A la fin, cette ambiance tout à la fois mi-UMP et mi-rose Socialo a surtout été morose et finit par crisper l’assistance. Heureusement qu’il y avait Miss France, pour sauver la soirée! «On est tous égaux devant une jolie jeune fille…» souligne un brin sarcastique Anna TOPALOFF de Marianne2. Chloë MORTAUD, la belle saucisse était déjà de la virée du CRAN aux states pour l’investiture d’OBAMA, humide de larmes sous les caméras de télévision. TV5 ne nous a pas dit si elle les avait entre-temps séchées. Au fait, on a failli oublier, il y avait aussi les bienveillances UMP Dominique PAILLÉ et Axel PONITOWSKI. Bigre! PONIA chez les nègres! Il va pleuvoir de la merde! Puis les bienveillances PS, Sandrine MAZETIER, Jean-Marie LE GUEN… Oh lui alors! Souvenez-vous! Le délicieux scandale de la MNEF, SPITHAKIS, CAMBADÉLIS, des faits délictueux qui avait valu ce lynchage en règle d’un conseiller de JOSPIN mandaté pour y mettre bon ordre: «Il me semble que la mutuelle a été tenue depuis trop longtemps par deux petits groupes autour de Jean-Christophe CAMBADÉLIS et de Jean-Marie LE GUEN. […] Il faut tourner la page et faire que la Mnef revienne aux étudiants.» C’était Manuel VALLS. Relisons le Nouvel Obs :

«Alertés, «le Canard enchaîné» puis «Libération» font l’enquête et décrivent un système de pouvoir en vigueur depuis 1983. A cette époque, la MNEF est financièrement à la dérive, avec un passif de 150 millions. Le gouvernement s'apprête à nommer un énarque à sa tête. C'est le moment choisi par un groupe de militants pour s'emparer du pouvoir. Jean-Michel GROSZ, issu de l'Unef-ID, est président; Emmanuel de PONCINS, secrétaire général; Jean-Marie LE GUEN, vice-président.On trouve aussi, parmi les administrateurs, Julien Dray et Jean-Christophe CAMBADÉLIS, par ailleurs président de l'Unef-ID. Ces militants du syndicalisme étudiant sont pour la plupart issus de la mouvance trotskiste. Ils réunissent aussitôt le conseil d'administration, limogent le directeur général et nomment à sa place le trésorier de l'époque, Olivier SPITAKIS. Une partie des administrateurs élus deviennent ainsi salariés à des postes de direction. Jean-Marie LE GUEN est directeur médical; Jean-Christophe CAMBADÉLIS, salarié de certaines filiales. Petit à petit, la mutuelle va échapper aux étudiants pour devenir une quasi affaire de famille.» Source.

Le pouvoir, les partis, les hommes politiques, les liges, l’agent détourné, rien n’a changé, les mêmes masques seuls les écrans changent. Dormez en paix, vous êtes farcis... LF2M

Commentaires

Superbe !
Surtout, continuez.
Merci...

Écrit par : Eumir | 08/02/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu