Avertir le modérateur

06/02/2009

CRAN: un Manioqueur nous interpelle, nous répondons

ba_nkozi.jpgLe CRAN exige un Ministère de la diversité économique

Tel était le titre d'un article de la Feuille de Manioc (cf. lien). Un lecteur a souhaité réagir à cette note parce qu'elle référait au blog de Yann REDEKKER suivant ces termes: «J'ai eu la nausée en lisant la source de votre article: «blog de Yann Redekker». Sa critique faisant honneur au débat, plutôt que d’y répondre dans la circonscription des commentaires, nous estimons devoir la porter à la place qu’elle mérite dans le cadre du débat contradictoire, celle d’une note à part entière. Sa contribution figure à la suite de cet article.

Cher Manioqué,

Au motif de votre allergie légumineuse, vous vous dites «choqué» par notre «empressement à tailler un costard au diversifié patron du CRAN». Nous devons vous l’avouer; peu nous importe le sort du velléitaire qui dirige le CRAN et de son aréopage d’affidés. Seul nous importe ce qui ne vous aura pas échappé, qu’étant en démocratie et non dans quelque régime autocratique, l’élection est au principe de toute représentativité. Or non seulement elle fait constamment défaut au CRAN, mais bien plus grave, se définissant comme un Conseil «Représentatif» des Associations Noires de France, cette secte autoproclamée et aux objets financés par d’autres, se prévaut d’une communauté qui n’est pas constituée, laquelle, à considérer qu’elle le fût, le serait en contradiction juridique avec les fondements constitutionnels. Il en serait de même si des déjantés venaient à se regrouper en Conseil des Représentatif des Associations Blanches de France. On leur vomira notre cyanure à la tronche et ce sera mérité. Le CRAN est non seulement une vaste escroquerie intellectuelle, mais surtout, une mystification à caractère raciste. Et plutôt que le sort du pantin qui y figure au sommet tel un pot, à deux lettres du sot, ce sont les instrumentalisations douteuses de ses sponsors embusqués qui nous intéressent et que nous mettrons à nu. Ceux que PAMBOU a révélés en suggérant l’écume du fonctionnement du CRAN, mais dont vous connaissez aussi bien sinon mieux que nous, le fond abyssal, car nous vous avons vu venir. De même nous dénoncerons les personnalités publiques et les media qui participent sciemment à cette manipulation abjecte en montant le CRAN en mayonnaise et lui offrant une visibilité en tous points usurpée. Tous travaillent à saper les bases de la République ce qui risque de nous revenir à la figure comme un boomerang.


lozes2.jpgRépublicains et anti républicains

S’agissant de la forme, votre critique porte principalement sur la vertu morale de nos références en indexant notre «complaisance» supposée à citer des contenus anti-républicains. La principale est la suivante «On a les lectures et les fréquentations qu'on veut et peut, mais tout de même! […] Vous eussiez été plus crédibles en citant une autre source -plus «républicaine», il en existe sûrement,-» De quel lieu se décide le républicanisme et qui peut s’en faire juge? Auriez-vous l’obligeance de nous éclairer? Sur le fond, au Manioc nous n’estimons pas détenir la vérité infuse et ne pratiquons pas l’anathème. Nous sommes déjà vert-feuille et laissons aux cléricaux du dogme de la «diversité» et de «l’antiracisme d’apparat», leurs vertus financées à fonds perdus pour l’acquisition de ROLLEX républicaines, ou de Mercedès de la même classe. Selon nous, la vérité est essentiellement contradictoire indépendamment de celui qui la tient, sinon c’est faire l’aveu qu’elle est statutaire. En conséquence il y aurait des gens bien par essence et d’autres «nauséeux», par nature comme vous le dites. Ainsi se partage le monde selon Saint Germain des Prés, entre le bien et le mal. Et ils croient pouvoir rire de BUSH. Nous vous épargnerons donc la trop longue liste des noms et des enseignes trompe couillons qui sont réputés humanistes, du CRAN dont nous peinons à ne pas voir votre proximité, à la LICRA, en passant par le MRAP, SOS racisme et tous les prébendiers de la morale antiraciste. Il en pullule à foison en sectes et en loges cependant que le racisme, le vrai, prospère.

En conséquence de votre observation, vous nous faites une suggestion : «Celle d'être plus exigeants dans le choix de [nos] sources. Histoire de ne pas faire de publicité gratuite à des «écrits» des plus douteux!» De fait, nos maraudes se soucient bien plus que vous ne le croyez de ces discours et de ces sites infréquentables, qu’il suffit aux prélats de la morale d’excommunier ou de bannir d’entre les républicains comme on casserait le thermomètre pour ignorer la fièvre. Les Mephisto du CRAN et leurs amis du pouvoir seraient bien inspirés de nous imiter et de prêter l’oreille à ce qui sourd dans la rue. On combat un adversaire en l’apprenant et non en l’ignorant. De plus, lorsqu’on a la prétention de jouer un rôle tribunicien comme le CRAN, on s’avise d’éviter le ridicule en s’exposant tel un novice aux coups de boutoir d’un REDEKKER. A force de vouloir faire du «bruit institutionnel» (dixit PAMBOU à son confident MBOUGUEN), la marionnette du CRAN succombe à dire tout et n’importe quoi à l’envi. Qu’il se fasse rabattre le caquet par REDEKKER ou qui que ce soit d’autre mérite d’être relevé, et le caractère ignare de ses inepties, à chaque fois être souligné. Ceci pour montrer à quels abois sont logés les Manitous de la Grande Secte, rendus à manipuler des indigents intellectuels pour d'inavouables Opus. Si demain le même REDEKKER devait reprendre le noirologue coloriste du CRAN en défaut d’intelligence, nous le mettrons à nouveau en exergue. C’est tout à la fois une exigence d’hygiène mentale et une exigence de débat.

La vérité est ce qui est le cas*.

Il ne vous a pas échappé que les discriminations structurelles en France (sociales, raciales, par le genre, la santé, le handicap) sont à ce point convenues qu’elles sont quasi institutionnelles, et que ce ne peut être le fait de l’extrême droite qui n’a pas dirigé la France depuis la guerre. C’est donc bien le résultat de politiques «républicaines». Seuls les imbéciles en sommeil gobent les galéjades des républicains-mondains, racistes qui feraient rougir l’extrême droite de jalousie. Nul ne suspectera cependant la Feuille de Manioc de complaisance vis-à-vis du racisme et des névroses de l’extrême droite. Mais nous serons impitoyables contre les escrocs humanistes. Nous qui avons fait nôtre cette règle esthétique d’être des bâtards aspirant à devenir des corniauds, c’est-à-dire des chiens, pour faire pièce à cet humanisme de salon et de figure. Vivre comme un chien, penser avec les chiens, tant la moraline des hommes est écoeurante d’hypocrisie. Cyniquement vôtre.

* Ludwig Wittgenstein, Tratacus logico philosophicus, interprétation du 1er principe.

Le commentaire de l'internaute

«J'ai eu la nausée en lisant la source de votre article: «blog de Yann REDEKKER». Dans votre empressement à «tailler un costard» au «diversifié patron du Cran» vous allez jusqu'à citer le blog d'un homme qui définit de son propre aveu son regard sur l'actualité «d'œil de droite nationale sur l'actualité» et qui passe beaucoup beaucoup trop de temps à parler du FN et de ses nombreux avatars! Allez en maraude sur le net pour y lire la prose de votre source que vous citez si complaisamment! On a les lectures et les fréquentations qu'on veut et peut, mais tout de même! Vous eussiez été plus crédibles en citant une autre source - plus «républicaine», il en existe sûrement, - ou en lui taillant des croupières comme vous aimez à le faire avec pour arme votre propre humour. Là, permettez-moi de vous l'écrire tout net, vous choquez et décevez beaucoup le lecteur assidu de votre feuille de manioc et non pas de chou que je suis! In fine, permettez encore cette amicale suggestion: celle d'être plus exigeants dans le choix de vos sources. Histoire de ne pas faire de publicité gratuite à des "écrits" des plus douteux! Cordialement.»

 

 

 

Commentaires

Chère feuille de manioc, tout d'abord je vous remercie pour accepter le débat d'idées en n'ayant pas fait un sort à ma libelle. C'est aussi l'occasion pou moi de vous louer pour cette constance qui est la votre et qui concernait déjà un précédant "post".

Pour autant, il semblerait que vous m'ayez mal lu puisque vous écrivez que je me dis choqué par votre empressement à "tailler un costard" au "diversifié patron du cran". Rien ne me choque vraiment dans ce que vous écrivez à propos du Cran et de ses dérives qui déplacent le débat vers un oblique qui fait mourir toute perception juste du sort de certains français. Non, je m'étonne et me dis choqué que vous puissiez recourir à des expédients qui lorgnent et penchent vers la droite extrême. Comme vous le savez du reste, on finit toujours par tomber du côté où l'on penche!

Il s'ensuit que vous vous demandez et me demandez en vertu de quel étalonnage se juge le républicanisme? Eh bien principalement sur les mêmes critères qui vous font écrire: "Le CRAN est non seulement une vaste escroquerie intellectuelle, mais surtout, une mystification à caractère raciste". Il vous suffit juste en l'espèce de remplacer le Cran par toute autre organisation xénophobe et raciste qui excommunient principalement en raison de la couleur de peau et considèrent ce qu'ils nomment le cosmopolitisme comme stipendié.

Et s'il se trouve que, par extraordinaire, les discriminations institutionnelles qui minent la société française ne sont pas "le fait de l’extrême droite qui n’a pas dirigé la France depuis la guerre. C’est donc bien le résultat de politiques "républicaines". Je suis pour le moins surpris de ces arguments que vous soulevez. Aussi, j'attire votre attention sur le fait que ce faisant, vous reprenez à votre compte les discours de la vieille droite nationaliste française de Barrès et Mauras. Et plus proche de nous des Redekker et consorts.

Je soumets à votre sagacité cette citation célèbre extraite d'Hamlet: "Il y a plus de choses au ciel et sur la terre Horatio que dans toute votre philosophie". Autrement dit, la source que vous citez contient davantage de principes en violation directes avec les propres idées que vous véhiculez dans votre gazette que vous ne semblez le croire. Si comme vous l'écrivez vous dénoncez "les personnalités publiques et les media qui participent sciemment à cette manipulation abjecte en montant le CRAN en mayonnaise et lui offrant une visibilité en tous points usurpée. Tous travaillent à saper les bases de la République ce qui risque de nous revenir à la figure comme un boomerang". Alors le parallélisme des formes doit gouverner l'égalité de votre traitement envers des sources comme celles de Redekker dont les idées mettent tout aussi à mal notre République. Même si pour le coup elles servent votre combat.

Voici deux de vos citations: "car nous vous avons vu venir", "du CRAN dont nous peinons à ne pas voir votre proximité".

Bien entendu, je passe sur les lourds sous-entendus et les attaques ad hominem qui tendent toujours à dévier le débat alors même qu'ils visent simplement à disqualifier. J'ajouterai tout de même ceci: un patronyme identique ne suppose pas pour autant la capillarité des idées. Je vous l'ai déjà écrit.

La dernière: "On combat un adversaire en l’apprenant et non en l’ignorant". La preuve est faite que je ne suis pas concerné par le propos puisque j'ai lu et bien lu Redekker.

J'en termine en affirmant ceci. Je reste sûr que ce n'est pas un "one shot" - c'est-à-dire toucher une partie critique chez votre adversaire soit sa tête ou son son cœur - que vous cherchez en utilisant de la sorte Redekker. Mais à tout le moins que vous menez un combat plus totalisant et qui donc se nourrit de hauteur de vues.

Cordialement.

Écrit par : Zoglo | 06/02/2009

Cher Maniolecteur bien attentif,
Il avait échappé à celui de nos modérateurs qui vous a répondu que vous étiez l'auteur d'un précédent Post. Vous savez, nous sommes des bricoleurs de la farce. Nous apprenons en nous esclaffant, démunis des moyens de la démesure institutionnelle dont s'abreuvent les SOS machin, CRAN, MRAP, LICRA et tout le toutim.
Nous ne prolongerons pas ce débat car, dans le texte, à votre lecture, nous ne voyons pas de contradiction majeure sur le fond de notre objet manioquiste: «ridiculiser l'institution de l'imposture bantoustanaise». Votre critique s'agissant de notre posture méthodologique est souveraine, et comme toute observation elle ne nous laisse pas indifférents. Mais c’est notre choix, il peut s’avérer certes contestable nous le verrons cependant à l’épreuve.
Nous ne relançons donc pas le débat sauf pour préciser ce point crucial: il ne nous parait ni opportun ni justifié d'abandonner une conséquence de l'analyse objective au prétexte que des névrosés racistes ou de droite extrême s'en approprieraient. La proposition du CRAN de multiplier les instruments gouvernementaux prétextant la «diversité» n'est même pas un cache-sexe, c’est une ineptie qui heurte l'intelligence. Nous maintenons qu'il suffit d'appliquer la loi actuelle et poursuivre les racistes en justice. Ce que les pantin de SOS, MRAP, LICRA et CRAN sont chargés d’entraver en pérorant du contraire. Couvrir les patrons et les bailleurs racistes de l'opprobre républicain suffit. Emploi et logement constituent l’essentiel des discriminations car pour le reste, les blancs partouzent joyeusement avec les noirs, ces derniers avec les arabes et ceux-ci avec les chinois sans que Dominique SOPO y veille. Parce que l’opprobre judiciaire est bien plus efficace que les divertissements que proposent les sectes des LOZES et consorts.
Donc nous maintenons le cap de la zizanie, prendre Pierre pour taper Paul. Nous l'avons déjà expérimenté par le passé et continueront. Faire se battre entre eux les escrocs et les menteurs, voila qui est utile, voila le spectacle que nous vous proposons. C'est une stratégie en soi que de prendre un âne pour battre une mule. Nous tenons cette méthodologie de ce raciste génial que fut LYAUTEY. Ce qui ne permet en aucun cas de conclure que nous coucherions avec la mule ou l'âne. Nos pratiques en la matière sont végétales ou cyniques. Il reste que l'esprit ne peut se permettre de faire des ânes et des mules les titulaires de la logique au prétexte de leur situation politique prétendument républicaine. Seule la logique critique gouverne le débat, la vérité est ce qui est le cas. Et vous pouvez prendre toutes les circonlocutions, LE PEN n’est pas au pouvoir, il a rendez-vous avec ses démons. Mais l’inconscient de la gauche française est incontestablement raciste et xénophobe. D'où notre propos de mettre en miroir le républicanisme de SOS Racisme et de ses parrains qui n'ont pas omis de se choisir un nom évoquant la maffia. L'idée radicalement tolérante et laïque que nous nous faisons de République ne se confond ni à la peste brune de l'extrême droite, ni au choléra de cette «droite de gouvernement» ou son pendant de «gauche-tarama», voleurs en âme, violeurs en conscience. Et tant qu'à choisir, nous préfèrerions une vie de chien. Nous ne cèderons cependant pas la place facilement et nous entendons mordre les dieux de rage et de cyanure avant d'aller aboyer dans la forêt ou la toundra.
Manioquement, LF2M

Écrit par : Feuille de Manioc | 06/02/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu