Avertir le modérateur

05/02/2009

Racisme esthétique, Patrick Karam exige des excuses

esclave.jpgMonsieur KARAM réagit à la suite de la puriture d'Alain Huyghues-Despointes

Huyghues-Despointes, patron des enseignes Carrefour Milénis, Champion, 8 à Huit, etc., bref de la plupart des magasins où les martiniquais effectuent leurs achats a tenu des propos d’une veine raciste à estomaquer la Feuille de Manioc. C’est à bon droit qu’il a vanté, dans une enquête diffusée sur Canal+, la pureté du sang des esclavagistes et de leur engeance, il n’y a guère d’autre mot, dans le langage de ce racisme préfasciste qui fit des nègres des humanoïdes, l’en deçà de notre âge moderne, blanc, civilisé, masculin, capitaliste et industrieux, sous l’œil complaisant des Lumières de la raison dont on gausse l’œuvre positive, le discours de Dakar n’étant ni un accident, ni la moindre de ces exégèses. Mais on s'en fiche...

Le Manioc ne s’est donc pas étonné du silence éloquent des aboyeurs de l’antienne antiraciste parisienne, le silence de Dominique SOPO, préoccupé sur deux fronts à allumer des contre-feux pour distraire des massacres à GAZA et d’autre part sauver le soldat DRAY; l’absence de Patrick GAUBERT de la LICRA étant indifférente à ces racismes-là; le mutisme du CRAN et du noirologue coloriste de la diversité, Patrick LOZES et de Patrick KARAM. Le Manioc a donc été surpris d’apprendre que M. KARAM dénoncait les «Propos inacceptables d'Alain Huyghues-Despointes» à travers un communiqué. L'honnêteté commandait de le rapporter.

karam2.jpg«Communiqué de presse du 31/01/2009
Propos inacceptables d'Alain Huyghues-Despointes: Patrick Karam exige des excuses

Patrick Karam, délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d'outre-mer, s'insurge contre les propos tenus par Alain Huyghues-Despointes, PDG du groupe éponyme et l'un des principaux chefs d'entreprises d'outre-mer, dans le cadre du reportage diffusé le 30 janvier 2009 dans le magazine «Spécial Investigation» sur Canal +. Ce dernier a en effet déclaré: «Dans les familles métissées, les enfants sont de couleurs différentes, il n'y a pas d'harmonie. Moi, je ne trouve pas ça bien. Nous (ndlr : les Békés), on a voulu préserver la race.» «Les historiens ne parlent que des aspects négatifs de l'esclavage et c'est regrettable » a-t-il ajouté. Au moment où le consensus national est fragilisé, on ne peut accepter que quiconque puisse penser et encore moins tenir de tels propos. Ces déclarations même isolées - jettent de l'huile sur le feu dans un climat social déjà tendu. La seule idée de préservation «de la race» nous ramène aux heures les plus sombres de l'Histoire de l'Humanité. Le délégué tient à rappeler que les départements d'outre-mer, où est implanté le groupe Alain Huyghues-Despointes, sont largement métissés, ce qui constitue une de leurs principales richesses.Par conséquent, Patrick Karam, lui-même particulièrement fier de ses enfants métissés, demande à Alain Huyghues-Despointes de s'excuser publiquement dans les plus brefs délais.»

Bien! Mais la rodomontade est un peu courte. Les lois de la République n'en ont rien à caguer d'excuses d'abrutis perclus de haine. La Feuille de Manioc rappelle qu’à d’autres causes moins importantes, le Délégué Interministériel avait agi en justice. Là, il aurait pu, à tout le moins, demander à son collègue Garde des Sceaux, d'habitude plus promte à jaqueter et exposer ses parures, d’ordonner l’ouverture d’une enquête préliminaire à fins de poursuites pénales au cas où le délit de racisme serait constitué à travers l’apologie d’une «race pure», ce qui supposerait que d’autres ne le seraient pas.

Ensuite, il serait bien que Monsieur le Délégué KARAM ne se névrose pas outre mesure du métissage, nouvel idéaltype sociologique en passe de devenir l'idéologie raciste dominante, depuis que WIEVIORKA et sa clique le promeuvent pour étouffer la cause fondamentale des réparations dues à cinq siècles d'esclavage, de colonisation et d'indigénat. La majorité de la population antillaise est noire, ou afrodescendante, et en tous cas, perçue comme nègre à l'embauche. Alors les arias sur le métissage, s'il vous plait, ça trompe les couillons deux minutes après OBAMA, mais pas des corniauds tels que nous qui avons l'esprit dans le cyanure du Manioc.

Certes le poème national lui-même scande «qu’un sang impuuur, abreuve nos sillons…». Fichtre alors! Il faudrait faire un procès aux fanfares? Le Manioc se disait bien qu’il y allait de la fanfaronnade de fanfarons dans cette affaire… LF2M

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu