Avertir le modérateur

21/01/2009

Le roi fainéant t’emmerde

chirac_roi_faineant.jpgPopularité, AUBRY se prend un gadin
A croire la feuille de chou à péter de rire d’Eric ZEMMOUR (Samuel LAURENT le Figaro 20.01.2009), CHICHI serait la 2è personnalité politique préférée des Français. Ce n’est pas tout, le receleur de cidre frelaté a eu le mauvais goût de se payer son successeur, Nicolas SARKOZY qu’il surpasse de 24 points. Autre grand gagnant de ce baromètre, Jean-François COPE. La méta-langue-de-bois, de l’UMP, gagne lui aussi six points à 52%, deux points au-dessous de François Fillon (54%, -4) à son tour moins bien placé que Xavier Bertrand (55%, +4) félicité pour avoir été viré. (NDT: la méta-langue-de-bois est l’art introduit par Nicolas SARKOZY consistant à prétendre qu’on parle sans tabou pour ensuite vomir les resucées qui flattent l’émotion des popu. Le parler-vrai des faux derches en quelque sorte).

Grande perdante de ce sondage, Martine Aubry qui chute de sept points à 60%. A croire que c’est Ségolène qui a diligenté l’enquête depuis les States où elle est allée pavoiser. En tout cas, «c'est un retour inattendu: Jacques CHIRAC se retrouve en deuxième position du baromètre Ifop/Paris-Match des personnalités politiques préférées des Français. L'ex-chef de l'Etat fait un bond spectaculaire de six points, ce qui le classe juste après l'inoxydable Bernard KOUCHNER avec 70% contre 71% pour l'actuel ministre des Affaires étrangères, qui progresse de deux points.» Si le Figaro disait tout ce que le microcosme parisien sait sur la personnalité politique du «French Doctor» et le vrai visage de ses engagements, depuis le Biaffra jusqu’à sa conversion au sarkozysme tel SAINT PAUL sur le chemin de Damas, en passant par les sacs de riz en Somalie, il serait l’un des individus le plus détestés des français. (cf une esquisse de l'épopée humaniste backchi.info) Dessin tiré de backchi.info


Le drame de la jalousie
«Le bond de Jacques CHIRAC est d'autant plus spectaculaire que ce dernier n'a pas précisément été à la une de l'actualité ces dernières semaines, à une exception près: l'allusion très remarquée de Nicolas SARKOZY aux «rois fainéants» qui l'ont précédé.» Conseil aimable d’un lieutenant du Roi paresseux, Dominique de VILLEPIN: «il ne faut pas tomber dans la jalousie». Au Manioc on avait cru que les aigreurs d’estomac du Consul, NAPOLEON en est mort, étaient dues au fait que les média n’en n’ont que pour OBAMA et que notre président, qui n’était déjà pas très grand, est tout ratatiné. L'ancien premier ministre était l'invité du Talk Orange-Le Figaro mardi. Interrogé sur l'allusion de Nicolas SARKOZY aux «rois fainéants», il a rétorqué qu’«il faut éviter de tomber dans la jalousie et de s'en prendre à des prédécesseurs», estime-t-il, ajoutant que «la culture du résultat c'est bien, mais on ne les voit pas aujourd'hui». Il estime par ailleurs qu'on «distille beaucoup d'énergie pour s'occuper de l'UMP» alors qu'il vaudrait mieux «s'occuper des Français» et savoir «écouter les voix discordantes dans la crise». Par exemple celle «de la SNCF, qui a des choses à dire, y compris chez Sud Rail». Le Figaro 20.01.2009 Samuel LAURENT

Jaloux ou pas, Nicolas SARKOZY a manifesté l’indifférence de l’Elysée à l’investiture planétaire du «non-noir» (le nègre post racial) de la Maison blanche. «OBAMA prêtait serment, le président français recevait à l'Elysée les dirigeants des banques, en présence de François FILLON. A l'ordre du jour, l'aide financière de l'Etat aux banques, et la demande pressante du président aux banquiers de suspendre la «part variable» de leurs rémunérations, en contrepartie de ce soutien de l'Etat. Son prédécesseur Jacques CHIRAC, en revanche, a suivi l'investiture en direct à la télévision dans son bureau à Paris.» (Samuel POTIER, Le Figaro.fr et Le Monde 20.01.2009) Histoire de dire, «même pas mal». Il n’empêche, «si le Président français a profité de la fin de l’ère Bush, l’entrée en scène d’ OBAMA devrait le reléguer au second plan. Très agaçant ce «Mister OBAMA». La prise de fonction du nouveau président américain va immédiatement remettre Nicolas SARKOZY à sa juste place : celle d’un dirigeant certes énergique sur la scène internationale, mais à la tête d’une puissance économique et militaire moyenne. Jalousie et agacement envers quelqu’un qui a fait plus fort que lui et qui lui a d’ores et déjà ravi la vedette. Dans le monde, OBAMA suscite un espoir quand SARKOZY...» Libération

A ce train, avec l'OBAMA à la Maison Blanche pour au moins quatre ans, ça finira en nervous breakdown...

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu