Avertir le modérateur

15/01/2009

OBAMA, pas nègre, mais Président

obamaelu.jpg

Nous ne prions pas avec les loups

Par ces temps de PRAVDA médiatique (censure et surtout autocensure), nos guêtres trainées ci, sur les boues du réseau, mais aussi là, en ces réduits où des hommes font vivre les libertés, qu’elles plaisent ou déplaisent, par l’indépendance de leurs idées et de leur ton, le Manioc est tombé sur une missive à déciller la religiosité obamaniaque qui déparie de la con-fusion actuelle. A Sdérot, campagne oblige, Barack fit le bon père de famille, soucieux de la vie de ses filles si elles avaient été sous le feu des Kassam. Et si seulement elles avaient été palestiniennes, Monsieur le Président? C’est la question que lui inverse Michel COLLON ci après. Et l’on découvre alors un Président américain. C’est cela le moment OBAMA…

Le Manioc ne larmoie pas avec ces cohortes de nègres esclaves hier, christianisées depuis, qui font d’OBAMA un messie, à lui prier aux pieds de la même façon qu’ils le voueront aux gémonies du diable dès demain, après leur songe. Pour le Manioc, le signal fort était que l’élection nous a fait oublier, mais ne nous a pas aveuglés sur le fait qu’il était noir.


L'objection du droit à l'indifférence

Le Manioc s’est félicité de l’élection de Barack Hussein OBAMA à la tête de la première puissance mondiale, pour le signal objectif qu'il figure. En quoi? D’abord en raison des critères de programme, de compétence, et, il faut le dire, d’un art politique consommé du cynisme nécessaire à la conquête politique. Un cynisme qui ne s'est cependant pas revendiqué en vertu, comme le prêtre-pédophile exhiberait ses ouailles abusées en trophée. C’était hier, George BUSH. Le Manioc a donc applaudi d’abord parce qu’OBAMA était le meilleur face à Hillary CLINTON, ensuite face à John Mc CAIN, en dépit du handicap des préjugés.

Grâce à OBAMA, on a enfin pu considérer en toute banalité, pour un temps au moins, qu’un président américain peut être nègre, ce dont il faut déduire, pour ce qui nous concerne, qu’être arabo-musulman ne prédispose pas au terrorisme, nègre à la délinquance et à la reconduite aux frontières, juif à la fourberie, chinois au péril de l’envahissement… C’est être tout cela et homme à la fois.

lozestin.jpgEt c’est cela la liberté, l’indifférence, non la différence. Ne pas être noir au moment précis où les sectes se revendiquent nègres tout en blanchissant leurs habitudes. C'est le CRAN pitoyable avec son sosie qu’il exhibe comme une grimace à l’esprit, cependant qu'il racialise le métissage. Comme notre opposition aux haines de ZEMMOUR ne nous empêchent pas de dire que s'agissant de SOS racisme, les faits lui donnent raison. Cette élection a simplement élargi le champ du normal, et au Manioc, on se garde de célébrer l'édile comme une icône, comme on se gardera d’analyser demain, ses échecs ou nos frustrations, sous le prisme de sa négritude. Le vrai test racial sera celui-là. Ce ne sera que le Président des Etats-Unis qui aura échoué ou réussi. Enfin! Etre Barack OBAMA sans devoir être un président noir. LF2M

La lettre de M. COLLON
Monsieur Obama, à propos de vos deux filles, vous oubliez quelque chose
...

Cher Monsieur Obama,
Vous avez déclaré à propos du conflit entre Israël et les Palestiniens : "Si quelqu'un tirait des roquettes sur ma maison où mes deux filles dorment chaque soir, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour faire cesser cela."
Protéger vos enfants ? Comme je vous comprends! Mais, pour être tout à fait correct envers vos filles, ne devriez-vous pas leur raconter l'histoire de cette maison ? Dire que vous l'avez volée à ses propriétaires ? Et aussi le jardin, et tous les champs autour ! Et que vous avez obligé l'ancien propriétaire à aller vivre dans la niche du chien ? Car c'est exactement ce qu'Israël a fait en volant leurs maisons et leurs terres aux Palestiniens, et en les forçant à vivre dans des camps de réfugiés (voir les livres d'historiens israéliens comme Benny Morris).
Dès lors, cher Monsieur Obama, pourriez-vous prétendre vivre dans cette maison tranquillement, comme si de rien n'était ? Alors, juste une question : votre "changement" consistera-t-il à répéter ces vieux mensonges sur la maison, déjà ressassés par tous vos prédécesseurs ?
Recevez, cher Monsieur Obama, mes meilleurs sentiments. Et dites à vos amis que, sur cette terre de Palestine, il y a de la place pour tout le monde. A moins qu'une différence de religion ou de couleur de peau pose un problème à quelqu'un ?

Michel Collon, 13 janvier 2009

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu