Avertir le modérateur

07/01/2009

Epidémie de légionélose chez les pipoles

malouines_fressoz.jpgMarie-Eve MALOUINES et Francoise FRESSOZ refusent la Légion d'honneur. Merde alors!

On ne peut sans contorsion parler de séparation des pouvoirs en France. On reviendra sur le doigt d’honneur annoncé que vient encore de dresser Naboléon à la magistrature s’agissant de la suppression du juge d’instruction. Quant au quatrième pouvoir, le médiasphérique, le refus de Marie-Eve MALOUINES et de Françoise FRESSOZ d’accepter la légion d’honneur est toutefois à saluer. Il est remarquable pour les vassalités qu’il révèle au sein de la mediasphère qui relaie d’ailleurs timidement l’information, dans une sourde unanimité. Visez un peu le Nouvel Obs: «AP | 05.01.2009 | 17:00 Deux journalistes politiques refusent la Légion d'Honneur. Marie-Eve Malouines, chef du service politique de France-Info, et Françoise Fressoz, chef du service France-Europe du quotidien «Le Monde», toutes les deux nommées chevaliers, figuraient sur la liste des personnalités publiée le 1er janvier au Journal officiel, dans le contingent du secrétariat d'Etat aux Relations avec le Parlement.» (Le Nouvel Obs avec AP). Il est d’habitude plus loquace et peu avare de dithyrambes pour ses pairs.

On n’insulte pas impunément le milieu. Les deux professionnelles qui n’en attendaient pas moins ne s'agacent certaienemnt pas de si peu de publicité. Elles osent que «rien ne justifie cette distinction» dans leur parcours et que «par souci d’indépendance», il leur semble préférable de la refuser. «Cette liste étant publique, je tiens à préciser que je n'ai jamais réclamé une telle distinction, ni même été sollicitée en vue d'une telle démarche» a d’ailleurs affirmé la chef du service politique de France Info Marie-Eve Malouines.


legion.jpgMédia de révérence et journalistes de déférence

Plus nombreux sont les journalistes qui l’acceptent volontiers. Sur un post d’Agoravox on lit ceci : «Sylvie Pierre Brossolette (Figaro, puis Le Point) qui au sommet de l’art du faux cul dans une déclaration assez peu compréhensible dit : «Ma ligne est très simple, elle se résume en trois points : la Légion d’honneur ne se demande pas, ne se refuse pas, ne se porte pas» […] Anita Hausser (LCI) qui en est reconnaissante : «Pour moi, c’est une distinction, une très belle décoration et une reconnaissance de mon honnêteté professionnelle. Sur ce plan-là, je n’ai pas à rougir, et je vous assure que ça ne m’a jamais empêchée de poser les questions qu’il faut ou de formuler les critiques adéquates.»

Notre éditorialiste d’Agoravox décidément malveillant rétorque «que faire son métier honnêtement est la moindre des choses, qu’elle n’est pas infiltrée dans un gang de Los Angeles ni correspondante de guerre dans une mosquée à Gaza, et que si ce critère devait être retenu, et si au moins 50 % des «travailleurs» faisaient leur travail honnêtement, il faudrait décerner quelques dizaines de millions de légion d’honneur.» Et toc en plus c’est vrai! (Agoravox)

«Excès de modestie ou indépendance farouche» s’interroge le magazine d’informations truculentes Gala (06.01.09) qu’aucun intellectuel ne lit. Gala a cependant noté que nos deux héroïnes de l’indépendance «appartiennent toutes deux à des médias français reconnus et ont une position hiérarchique élevée. Compte-tenu de leur métier, elles fréquentent assidûment le monde des politiques elles viennent de refuser en chœur la plus haute distinction de l’Etat. » Gala note aussi que la légionélose touche plusieurs proche de Naboléon. La promotion du 14 juillet 2008, avait déjà touché «les artisans de son bonheur conjugal: Jacques Séguéla, magnifique metteur en scène du coup de foudre présidentiel et Nicole Choubrac, magistrate aussi discrète qu’efficace de son divorce avec Cécilia. Toujours aussi fier et amoureux de sa Carlita, mais peut-être un peu plus apaisé et épanoui, Nicolas a pris comme résolution pour 2009 de ne plus négliger ses amis. Désormais, ce sont «ses potes» que Sarko épingle à tour de bras. Honneur, Patrie… et Fraternité, donc!»

Que vaut encore le colifichet de la République? Il peut même être attribuée sans passer par les étapes nécessaires auparavant. Pour la remercier de moults et menus services rendus, la mère Veil fraîchement élue à l’Académie Française sur le siège de Pierre MESSMER, tortionnaire en chef pendant la guerre d’indépendance du Cameroun a été promue grand officier. Un décret signé exprès pour elle a permis cette galipette. Même les vaches suisses se marrent ! «Mme Veil a bénéficié d’un tout nouveau décret stipulant que les nominations directes aux grades d’officier et de commandeur et à la dignité de grand officier de la Légion d’honneur, sans passer par les grades inférieurs, étaient désormais possibles.» (Tribune de Genève)

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu