Avertir le modérateur

02/01/2009

L’affaire d’Outreau portée au cinéma

marecaux.jpgTout le monde a encore en mémoire l’affaire d’Outreau. Devant le désastre judiciaire, il était alors de bon ton de faire sa mine outrée après la mise à sac en direct-live de destins ordinaires. Quelle importance pensez-vous! Des provinciaux, meme de classe moyenne le poncif du cul-terreux a la peau dure! Tout le monde avait alors claironné «plus jamais ça»! Qu'ouï-je? Plus jamais ça mon cul oui! Au moment où l’on reparle de l’affaire GREGORY, et que Julien COUPAT réputé présumé innocent jusqu’à preuve du contraire croupit sous les geôles, le microcosme des journalistes parisiens a vite oublié les leçons du drame d'Outreau. Oublié notamment qu’une démocratie prospère sur l’équilibre des pouvoirs qu’ils saccagent en renonçant au leur et en s’offrant, nus, à l'exécutif exécuté par le capitalisme financier, à son tour tenu en sous-oeuvre par les sectes et les réseaux obscurs.

Un film co-écrit par une des victimes, Alain MARECAUX (photo ci-contre), pourrait aider à fixer les faits dans nos mémoires vagabondes.


Gens ordinaires de province que Paris et ses réseaux méprisent

Evidemment que les victimes d'Outreau n'appartenaient pas aux réseaux d'influence, que le tort de COUPAT et de sa bande d’illuminés (et non d’illuminati) est de rêver d’une autre société que le cancer capitaliste qui exécute un génocide par jour à travers le monde, que l'affaire GREGORY a été polluée par la pornographie médiatique. Evidemment qu'Alain Marécaux et ses co-accusés n'étaient pas francs-maçons, ni Opus-deï, ni Rotary club, ni syndicalistes, ni scientologues... Ils auraient peut-être dû. Cela leur aurait évité le coup de grâce médiatique, ils auraient été promis à une grâce régalienne. Ils n'auraient pas été jetés en pâture à une opinion de consommateurs oublieuse de l’héritage Républicain les citoyens avant les biens. On consomme, on se consume.

Accusés de pédophilies les victimes d’une justice médiatique ont été acquittées. Aucune leçon n’a été tirée de ce désastre pour protéger un des derniers remparts de nos institutions qui fonctionne encore et résiste au marché, la Justice. L’un d’entre eux, «Alain Marécaux, avait écrit comment il l’avait vécue avec Chronique de mon erreur judiciaire. Ce récit du calvaire de «L’huissier d’Outreau» sera porté à l’écran par Vincent Garenq, dans Présumé coupable, actuellement en cours d’écriture.» Aller à la source.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu