Avertir le modérateur

29/12/2008

Comment singer HITLER? C'était un ours!

Où un journalisme du dimanche a du mal à maquiller ses fourberies.

dieudonne.jpgC’est à touches impressionnistes que Marie-Christine TABET et Mathieu DESLANDES du Jidédé (28.12.2008) traquent le racisme supposé de l’humoriste DIEUDONNÉ, passé maître dans l’art de chercher le bâton pour se faire taper dessus. Il y parvient avec succès. Vendredi dernier (26.12.2008), l’ex-coqueluche de l’humour français devenue paria a rempli les 5000 places du Zénith de Paris, sans pub et malgré l’ensemble des media Pravda et lèche-cul qui le dénigrent copieusement. Elie SEMMOUN, son ancien comparse en drôleries ne peut en effet revendiquer autant, lui qui bénéficie pourtant de la grosse artillerie de propagande médiatique pour, pense-t-on, casser le négro-palestinien. Le talent n'est ni un leg, ni un patrimoine.

Si nous au Manioc, nous ne savons plus où situer les errances de DIEUDONNÉ, nous savons faire la part des choses entre info et intox et laissons à Monsieur MBOUGUEN de Grioo et ses accolytes, ce genre de coming-out lèche-fion. Nul n'a oublié le panneau dans lequel ces noirs-de-service sont tombés à propos du pseudo baptême du fils de DIEUDONNE. Prompts à cracher sur leurs origines pour donner des gages d'intégration et se faire admettre dans les sectes, les putes, les noirs intégrés, les diversifiés et journalistes bien-pensants sont indistinctement tombés dans le canular tendu par l'humoriste qui leur vomi, comme il l'a dit lui-même, une belle quenelle. LE PEN n'a jamais été le parrain de son fils. Et les journalistes parisiens ont démontré à cette occasion leur absence de rigueur et d'honnêteté intellectuelle. Croyez-vous qu'ils auraient eu la probité de reconnaître leur erreur?

La Feuille de Manioc n'entend pas devoir se détermier pour ou contre DIEUDONNÉ pour avoir droit à la parole. Son cyanure traite les cons de manière identique et la plupart d'entre eux s'ignorent. La Feuille de Manioc les aide à se découvrir. Elle sait aussi lire entre les lignes niaises, et débusquer les réflexes syntaxiques qui trahissent des stéréotypes racistes, bien réels ceux-ci. On ne peut singer HITLER comme le prétend le Jidédé. Le furieux nazillon référait plutôt à l'ours polaire mâle-lèché qu'à un primate tropical. Depuis les robinsonnades à 2 trous de balles de ROUSSEAU et de HEGEL, en dépit du discours de Dakar, même la science a admis que le Bonobo (un singe) préfère l'amour (baiser) plutôt que la guerre (spectacle de civilisés). Un peu de géographie voyons! Et d'histoire accessoirement!


FAURISSON, LE PEN, LEPERS, sans oublier DUMAS, Roland, eh oui!

dumasdieudonne.jpgLes faits étant têtus, les media traquent donc la bête immonde par procuration: l’infréquentabilité des spectateurs du paria-café-au-lait. L’humoriste en personne décerne un prix de cet intitulé. Lauréat cette année, le très controversé universitaire, Robert FAURISSON. De mémoire de journaliste, jamais cependant l'identité des spectateurs d’un comique n’aura à ce point été scrutée par le menu. Sur trois feuillets, le Jidédé rend compte, non du spectacle, mais de la liste des personnalités présentes dans la salle. Jamais? Pas tout à fait! Le procédé rappelle les heures glorieuses du métier de journaliste avant la guerre et sous VICHY. Dans ce panel, entre Alain BENOIST et les époux LE PEN, on retrouve Julien LEPERS. Les jours de Question pour un Champion risquent d’être comptés. Mais la feuille de Manioc est bien documentée. Et si le lècheculisme du Jidédé le désire on peut leur procurer une photo d’un Zénith de DIEUDONNE où figure Roland DUMAS serrant affectueusement la pogne de DIEUDONNÉ. Si nous détenons ce document, ils l’ont forcément. Tout simplement parce que cette photo a circulé sur le net. Pourquoi le Jidédé n’en a-t-il pas fait ses choux gras? Parce que M. DUMAS est ancien ministre de François MITTERAND et que les cibles fragiles émeuvent les charognards.

Dérapage: «[...] singeant un ambigu salut nazi»

oursnazibonobo.jpgMais il faut toujours bien lire entre les ligne de ce genre de fadaises. Car c’est dans le «détail» cher à TABET et DESLANDES que le diable se cache. «En 2003, écrivent-ils, (DIEUDONNE) fait scandale en apparaissant dans l’émission de Marc-Olivier FOGIEL, One peut pas plaire à tout le monde grimé en colon juif ultra-othodoxe singeant un ambigu salut nazi». En «imitant», en «feignant», en «caricaturant un ambigu salut nazi» eût fait l’affaire. La langue française est riche et offre de multiples alternative au singe. Mais s’agissant d’un nègre, «singer» est forcément plus approprié pour trahir ce racisme réflexe qui s’ignore. Doit-on rappeler à ces farfelus qui se croient journalistes que la bête immonde était un animal plus polaire que tropical? Qu’à cet égard la peste brune est plus proche de l’ours que du singe, et que le nazisme est incontestablement un produit de la barbarie civilisée européenne et chrétienne n’en déplaise aux falsificateurs en tout genre. C’est une question 1° d’histoire ; 2° de Géographie. Lorsqu’on veut lorgner la merde chez les autres ont prend soin de torcher son cul. C’est dit ! LF2M

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu