Avertir le modérateur

26/12/2008

Chronique du MDI de CAPPOCHICHI dit Kemi SEBA

kemi.jpgLe leader du MDI se serait rendu coupable de violence sur la personne d’Ahmed MEGUINI. Si les négros s’en prennent désormais aux bougnoules, où va-t-on? Que deviennent nos repères de violences (l’islam) et de malédictions (Cham)? Ca fait un bail qu’on se bourre le mou à fixer les produits et les tarifs; 1°«le noir est gentil» (forcément, il est bête); 2°«l’arabe est fourbe» (forcément, il est musulman et donc violent). Comment expliquer alors aux cerveaux disponibles et industriellement fabriqués, qu’au palmarès de la haine, le noir est le nouveau méchant et l’arabe sa victime accessoire? C’est la ficelle, pardon, la corde du pendu et une nouvelle fois, tendue à Stellio CAPPOCHICHI, pour tricoter les nœuds médiatiques de l’urgence politique. Avec CAPPOCHICHI il faut s’attendre à tout pour déconcerter ses adversaires. L’ex-farah-KEMI sera peut-être un jour Rabbi-KEMI. Pour l’heure, il s’est fraîchement converti à l’islam, chemin de Damas, de Téhéran ou de Tripoli qui donne aux vilipendes des eschatologues de St-Germain des Prés, deux prétextes pour stigmatiser le péril islamiste-noir.

En cause s'agissant de la dernière affaire, une vidéo dont un rapprochement douteux avec HITLER, que les media présentent comme critique. Fallacieux ou critique? L'auteur, Ahmed MEGUINI dit avoir tout inventé! Preuve que l'effet OBAMA a fait long feu au sein de la médiasphère germanopratine. Décidément, noir c'est noir, et il n'y a plus d'espoir...


A l'origine, une vidéo critique selon les media, parodique selon son auteur:

Que s'est-il passé cette fois-ci? Pourquoi tant de réserve de la part de media d'usage enclins à jeter l'huile sur le feu? Premier élément de réponse tout serait parti du gnon que CAPPOCHICHI aurait asséné à MENIGUI en raison d'une vidéo à son sujet. Les comptes-rendus vaporeux des media sur ce dernier épisode se contentent de coller aux dépêches d’agence de presse, en particulier AP et AFP : «Selon Ahmed Meguini, auteur de la vidéo «Kemi Seba, la vérité» qui circule sur Internet, Kemi Seba et les trois personnes qui l'accompagnaient l'auraient roué de coups dans la soirée de vendredi, rue de Clignancourt à Paris (XVIIIe).» (AFP 22.12.2008) Pourquoi cette modération?

Inhabituelle, la distance nous change des imprécations à bras raccourcis sur le mode du repoussoir. Il est vrai que les postures vindicatives de Stellio CAPPOCHICHI se prêtent volontiers à la provocation et cèdent aux pièges parfois des plus grotesques. Même si l’intéressé se serait défendu affirmant qu'il s'y serait pris autrement s'il avait voulu faire sa fête au benêt. Pourquoi s'est-il donc fait prendre? En plus CAPPOCHICHI prétend chasser du lourd. A force de les affronter il a fini par être d’accord avec eux sur un point au moins : les races existent (dixit ZEMMOUR par exemple) ce qui oblige à conclure que le racisme n’existe pas et que l’ethnocentrisme est une valeur comme une autre… Bienvenue chez les poètes de l’harmonie du monde. Avec ces deux égarements identiques, une carrière de vendus s’ouvre aux diversifiés du CRAN.

Pourquoi cette fois-ci la presse est-elle restée mesurée malgré une condamnation judiciaire (deux mois avec sursis)? Parce que cette affaire sent la merde à plein nez! Ca ressemble fichtrement au traquenard de la rue des Rosiers où le même CAPPOCHICHI avait cédé à la tentation d’en découdre avec d’autres allumés, la milice du BETAR qui prospère en toute impunité sur la place publique, bénéficiant de faveurs municipales. Les journalistes ont-il trouvé que la ficelle était trop grosse? En tout cas, seule la clique de Philippe VAL semble avoir sonné la charge.

Selon le journal Le Monde, «[…] Joint au téléphone par l'AFP, le réalisateur de la vidéo, ancien activite antipub, a affirmé qu'il était au service des urgences d'un hôpital parisien après avoir reçu des coups au visage, à la jambe et au bras.» (LEMONDE.FR, 20.12.08). «Activiste anti pub». Ah bon ? Acte…Nous allons vérifier ce que vaut ce type de journalisme. Selon l’Express, il serait «jugé […] en comparution immédiate devant la 23e chambre correctionnelle de Paris pour «violences volontaires en réunion» après l'agression présumée de l'auteur d'une vidéo critique sur son parcours.» (LEXPRESS.fr, publié le 22.12.2008) Critique ? On y vient ci-après avec les hystériques de Prochoix. Prochoix, oui mais quel est le choix de ce groupuscule? Prochoix a été l’un des premiers à dégainer dans le style sentencieux : «Jugé en comparution immédiate devant la 23e chambre correctionnelle de Paris pour «violences volontaires en réunion» après l'agression d'Ahmed Meguini, vidéaste et auteur d'un film critique sur sa vie.» (Prochoix 22.12.2008)

Ahmed MEGUINI: « j’ai tout inventé!»

meguini.jpgLa chiure de MEGUINI un film critique? On croit rêver! L'égaré du ciboulot ne revendique lui-même qu'une parodie: « j’ai raconté une histoire, j’ai inventé un peu comme vous pouvez voir dans le vrai journal de Karl ZERO ». Il n'empêche, les scribouillardes de Prochoix ont perdu le sens des mots. Qualifier la déjection de MEGUINI de film est déjà une atteinte à l’esprit. Penser que l’abruti qui l’a commis est susceptible de critique est faire injure à la rationalité des singes. On reviendra sur cet écervelé que certains media n’hésitent pas à appeler journaliste. S’il a une carte de presse, elle est de complaisance et due à la secte qui le soutient. L’ancien sapeur pompier a pour tout CV été faire ses armes en Yougoslavie et depuis commis quelques vidéos de la même facture ignare que les rapprochements douteux qu’il opère entre HITLER et CAPPOCHICHI. Immondice que la funeste FOUREST confond abusivement à une critique. Le terme «critique» est sérieux et ne doit pas être utilisé avec légèreté par les ânes. Au cœur de la philosophie, il vient du grec kritikos, et suppose une prédisposition de l’esprit à la décision, à raison de l’examen d’une situation de crise. Esprit et pouvoir de décision, deux choses dont semble être démuni l’Ahmed dont il retourne.

Le Nouvel Obs de Claude ASKOLOVITCH, prélat s’il en est de la morale à 1,5 euro, se contente d’une relation stratosphérique sous forme de communiqué de presse «Ahmed MEGUINI a tourné une vidéo peu favorable intitulée «Kémi Seba, la vérité» qui circule sur internet. Il y présente Stellio Capochichi comme un artiste raté et un raciste.» (Le nouvel Obs avec AP, 22.12.2008) C’est juste un tout petit peu court et incomplet. MEGUINI a farfouillé son montage d’une vocifération du Fürher. Si on admet qu’il est normal de recourir à HITLER pas seulement dans le texte, mais aussi dans l’ambiance sonore du IIIème Reich pour stigmatiser n’importe quel olibrius en quête de notoriété douteuse, c’est qu’on a franchi un seuil supplémentaire dans la banalisation de ces désastres issus de l’Europe chrétienne, et non de l’Orient islamiste, que furent la seconde guerre mondiale et la Shoah.

Nous reviendrons sur le contenu ce galvaudage de nul intérêt qui paralyse y compris l’esprit de satire de la Feuille de Manioc. Le Manioc n’a pas envie de rire avec HITLER, même pour taper sur CAPPOCHICHI, surtout pour taper sur CAPPOCHICHI dont le positionnement islamo-kémitique, laisse pantois ses propres supporters. Pour l’heure, le Manioc enquête et reviendra sur la clique de têtes à claques qui œuvrent à l’arrière-plan de ce dernier épisode. LF2M

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu