Avertir le modérateur

20/12/2008

La prospective MADOFF

Avant de lorgner au loin, étudier la position historique de son cul

besson.jpg Samedi 20.12.2008, sur CANAL+, Eric BESSON dit Prospère, photo-pipole ci-contre et Sous-ministre à la prospective ci-haut en l'Elysée, était pressé par Thierry ARDISSON et LAURENT BAFFIE, d’expliquer comment Bernard MADOFF a pu berner grossièrement le gotha de la finance mondiale, au nez et à la barbe non de MARX, mais de la secte chargée de contrôler le système financier américain, la SEC, l’équivalent de la COB, le gendarme des bourses de la Gaule. L’interviouvé a eu le génie de répondre qu’il faut réfléchir à la question et pour cela, y aller avec de l’huile de coude (dixit). Ca va ruer dans les couilles et suer dans les hautes sphères! Pour mémoire, Eric BESSON est seulement Secrétaire d'État chargé de la Prospective, de l'Evaluation des Politiques Publiques et du Développement de l'Economie Numérique, auprès du Premier Ministre. On reprend son souffle ! On dit sur Wikipédia que l'arnaque de MADOFF fondée sur le schéma de PONZI était connue du Moyen-Age. Alors avant de faire de l’huile sur l’avenir, faisons donc l’histoire de notre postérieur, ça va nous donner de la perspective.


Vu de nos yeux cyanurés de Manioc à l’émission de télé de la CANAL+, SALUT LES TERRIENS, concept ardissonien ranci de resucées. Le 20 décembre 2008, l’homme en noir recevait Eric BESSON, renégat des Parties Socialistes et Maire de DONZERE. En bon fada de foot qu’il est, le Député de la Drôme pratique l’ouverture Sans Idées Fixes depuis qu’il a rejoint la Dream Team de SARKO. Il pourrait bientôt annoncer la fin de son chemin de Damas et sa conversion totale à l’UMP. C’est à la traîtrise qu’on mesure l’honneur politique de la Gaule.

La fine équipe du prime time du samedi sur CANAL+ est fatalement arrivée sur l'actualité qui donne des diarrhées gastro-entériques aux riches de ce monde: la cavalerie du tristement célèbre MADOFF à 50 milliards de KERVIEL. N’en jetez plus ! Pour les lecteurs du Manioc, esprits simples s’il en est, on résume l'une des plus prodigieuses épopées du capitalisme. Ce cancer financier qui ronge l'humanité et que M. BESSON et ses copains ayatollahs du libre-échangisme célèbrent à tout va sur leurs media sous tutelle. MADOFF récoltait de l'argent sur les marchés boursiers en formant une pyramide d'investisseurs niais, afin d’honorer les intérêts de ses premiers clients moins naïfs qu'on ne le dit, car il y a fort à parier qu’ils étaient complices. Et ainsi de suite naît une richesse auto réalisatrice et autoreproductrice. La pierre philosophale des sectes, le plomb transformé en or… Mais en finance, ce type de magie est au mieux de la monnaie de singe. Pire, elle se paye toujours en impôts par le prolo de base, ce profiteur d’allocations familiales qui ne veux décidément pas travailler plus pour gagner moins. Là, pour une fois, c'est le sous-riche qui paye. Prend ça dans tes bourses et va te faire bouillir c’est MADOFF qui rince et nous au Manioc, c’est une coutume, on se marre.

En langage popu, l'arnaque de MADOFF se dit «cavalerie» ou «carambouille». En langue civilisée et sérieuse de la finance, on parle de marx.jpg«chaîne de PONZI», du nom du rital californien (encore un émigré) qui a décrit la fumisterie au début du 20è siècle. Pour autant il n’y a pas de quoi faire une science qui ferait rougir les feymen. Déjà au milieu des années 80, le phénomène avait été observé chez des indigènes d’Afrique centrale. L’affaire qu’on disait alors «l’avion», a fait long feu au bout de seulement quelques mois et s’est terminée en de belles bastons. En clair même les sous-développés de la forêt ont compris qu’il s’agissait d’embarquer parmi les premiers pour être rémunérés, ce que n’a pas pigé un Nobel de l’esprit tel qu’Elie WIESEL ou encore un raconteur de bobards en cinémascope tels que SPIELBERG, dont le dernier Indiana Jones est une arnaque identique à la cavalerie de BERNIE. Il peut se faire des films à présent. Bien fait ! On va pleurer… Quant aux banques et aux assurances, les SANTANDER, les NATIXIS et les AXA, n’en parlons pas. On est gondolés de rire.

Voici notre sous-ministre BESSON qui s’enchante sur son blog d’organiser un colloque intitulé «Nouveau monde, nouveau capitalisme?» les 8 et 9 janvier 2009 à Paris. Il avoue lui-même ce que la crise du système démontre, suce-primes oblige; «que l’économie ne peut être que de l’économie politique»; que «l’ampleur de la crise ouvre un espace inattendu pour la remise en cause des dogmes et des pratiques naguère jugées immuables». Allons donc prolétaires du monde entier, encore un peu de patience. Ca va être le grand soir. Voici un prélat des réseaux à deux doigts de découvrir des vertus à la critique classique de l'économie politique selon Karl MARX. L’économie Politique réassortie du terme nouveau, ça rappelle fichtrement la NEP. Or, la Nouvelle Politique Economique (en russe : Новая экономическая политика – Novaya ékonomitcheskaya palitika) fut un système mis en œuvre en Russie puis en URSS à partir de 1921. La NEP visait à redynamiser le pays qui sortait de la guerre de 14-18, de la famine, d'une révolution et d'une guerre civile. On a encore entendu NEP du côté de chez Robert HUE (BOB), en même temps que Mélenchon fondait le Parti de Gauche (PdG). En cette période de soldes, c'est la valse aux étiquettes, PDG à gauche, NEP à droite. BESSON Sous-Ministre de la prospective? Pour l’heure c’est de clarification et d’archéologie politique dont il s’agit.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu