Avertir le modérateur

01/12/2008

Scandale: un patron de PQ-PRAVDA menotté

Sur commission rogatoire d’un juge, l’ex-pédégé du PQ «Libération» a été interpellé par la maréchaussée : «flagrant délire» d’indignations à Saint Germain des Prés. Haro sur la démocratie et les droits de l’homme. Les réactions de la caste germanopratine n’ont pas tardé. Morceaux choisis :

menottes.jpgJorge d'Hulst Libération Champagne: «La liberté de la presse est-elle en train de régresser en France ?». Il serait temps que tu t'en aperçoives petit chou. Jacques Guyon de la Charente Libre: «Vittorio de Filippis a été traité comme un criminel». Détend-toi bobo ! Ils sont des dizaines chaque jour à être traités à tort comme des criminels. Jean-Michel Helvig, République des Pyrénées: «Il flotte actuellement dans ce pays un air mauvais sur la liberté de la presse». Brrr! La France a peur ! Bruno Dive, Sud-Ouest: «Les dictatures, molles ou dures, politiques ou économiques, commencent presque toujours par la mise au pas de la presse.» Quant aux pauvres, aux damnés, aux femmes (surtout battues), aux bougnoules et aux nègres, dictature ou démocratie, pour ceux-là c’est le même tarif. Alors Bruno, on s’en fout tu piges? La Tribune: «Il y en a qui doivent avoir chaud aux oreilles, très chaud aux oreilles, ce sont la juge qui a demandé l'arrestation, les policiers qui ont appliqué la procédure avec zèle, et toute la pyramide au-dessus, jusqu'au sommet.» Parce que ça va souffler en représailles du côté des juges et de leurs patrons ? Et d’où viendrait la soufflante ? Faudrait savoir ! Il y a un instant à lire les réactions on a failli se croire sous une dictature des juges! Jacques Camus de la République du Centre: «activisme judiciaire». Attention après activisme d'habitude c'est terrorisme et Al Qaeda qui suivent. Un doigt inquisiteur est pointé par le Syndicat professionnel de la presse magazine et d’opinion sur Mme DATI qui est priée de ne pas chômer : «Réaffirmer publiquement que la détention n’existe pas dans les délits de presse». Oui mais le protocole c’est : d’abord apporter une bague Chaumet ensuite on verra si la Garde des Sceaux fait suite à la requête. Et tous les syndicats de s’y mettre : Il faut «mettre fin à de telles dérives d’intimidation, incompatibles avec la liberté d’expression» selon le Syndicat de la presse quotidienne nationale; «démesure» selon le syndicat des journalistes SNJ-CGT qui appelle à la Maison de la radio pour «faire cesser les atteintes aux libertés de l’information». Hé! Ca suffit la fumette!


Contre la République des juges qui menacent la démocratie on déterre Churchill… Il fallait au moins ça ! Laurent JOFFRIN de l’Indigné (Libération) signe son retour fracassant sur le terrain des libertés fondamentales : «Winston Churchill avait une bonne définition de la démocratie. «Dans ce régime, disait-il, quand on sonne chez vous à 6 heures du matin, vous êtes sûr que c’est le laitier.» On a sonné chez notre ami Vittorio de Filippis à 6 h 40. Ce n’était pas le laitier.» Nous au Manioc on boit du petit lait… Les keufs ont défrisé son compagnon, notre social-démocrate, réformiste et philanthrope renoue avec ses premières amours d'avant sa période gauche-tarama.

C’est qu’on s’en fout du sort des bobos qui ont l’indignation à géométrie variable. Des faits de ce genre se produisent tous les jours sans émouvoir les prélats de la médiocratie. Voila qui est bien fait et vive la République des juges ! Au moins eux exercent leur métier sous le contrôle de la loi et des recours. Il n'y a aucun recours contre le pouvoir médiatique et les journalistes corrompus par les maffias et le capitalisme financier. Va donc pleurer Lolo, on t’achètera des oignons ça t’aidera !

Réactions politiques
LEFEBVRE de l’UMP, trop pathétique comme d’hab. Alors passons. Selon libé, Mme AUBRY la première matriarche du PS, y est allée du Martinet pour dénoncer des «méthodes judiciaires inadmissibles dont a été victime» Vittorio de Filippis. Chiche. Au premier noir ou arabo-musulman qui se fait caresser par les forces de l’ordre, le manioc saisira la rue Solférino pour sonder les échos du cimetière à éléphants. La racaille au rencart ! Encore un petit effort SEGOLENE, débarrasse-nous de ces ringards. Vive le Parti de Gauche, vive MELENCHON ! Vive BESANCENOT et vivement les européennes qu’on se marre!

Selon une dépêche AFP du 30.11.08 citée par Le Monde, Jack LANG, l'homme aux sincérités successives aurait déclaré: «j'ai honte pour notre pays». Il y a de quoi… L'inconsolable mitterrandolâtre d'inciser l'air d'en douter: «la France est-elle encore un Etat de droit?» Et toi, tu te poses encore la question? Ce ne sont pourtant pas les abominations qui manquent à la tâche d'un élu socialiste en France. Casse-toi ça ferait du bien à tout le monde. Mais lorsque Jack est lancé, plus rien n'arrête ses logorrhées : «depuis trop longtemps notre pays se déshonore par des actes juridictionnels policiers contraires à la Constitution et aux conventions internationales. Malheureusement, les gouvernements de gauche n'ont pas toujours su en finir avec la violence des arrestations sans titre et les gardes à vue brutales et humiliantes». Ah bon? Même la gauche des droits humains?

Récemment, le Manioc a entendu seriner un air de la même gamme mais à l'indifférence générale des professionnels de l'humanisme médiocratique. Il s'agissait d'une noire et on connaît la musique: «deux noires valent…» On aurait pourtant aimé lire un édito de JOFFRIN clamant haut et fort dans les colonnes de Libé que «trop de policiers usent dans leur action d'une brutalité coupable et d'une attitude méprisante à l'égard des prévenus, surtout s'ils sont plus pauvres, moins instruits ou étrangers.»

C'est une manie lorsqu'on est dans la merde, on se souvient alors des étrangers. Qui a entendu le cri d'Eunice BARBER, ex diva de l'intégration à la française par le sport de rente? Surtout pas Rantanplan sans frontières de retour du Tibet (RSF) qui juge des faits pourtant analogues «Intolérables». La France «détient le triste record européen du nombre de convocations judiciaires, mises en examen et placements en garde à vue de journalistes».

Eunice BARBER avait fait la rencontre de quelques policiers au Stade de France, et ça s’était terminé en rouerie de négresse. Lorsque icelle a déclaré que la France était «un pays où l'on torture des Noirs et des Arabes», qu'elle n'a donc «pas de leçons à donner en matière de respect des Droits de l'Homme aux autorités de la Chine populaire», Eunice a barbé tout le monde et senti comme une grosse solitude. Fini les copains coquins et mondains. D'autant plus qu'elle avait trop vite négligé ses origines du temps où après chaque exploit elle claironnait le poème national avec entrain «qu'un sang impur abreuve nos sillons», ses kouzins noirs aussi l’ont abandonnée aux gnons des policiers. Eunice a le blues, elle est seule et il n'y a plus que Claude RIBBE pour la soutenir.

Alors BARBER et FILIPPIS cause commune ou pas?

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu